Thursday, 3 December 2015

Comment réussir une expatriation (ou du moins, ne pas trop la foirer) ?

Le 22 Avril 2010, je quittais ma campagne natale, avec un Master en Marketing, 1 an d’expérience professionnelle et 3000 euros en poche, pour tenter ma chance à Hong Kong.

J’ai dit a ma mère : je serai de retour dans un an !
Quasiment six ans et trois pays plus tard… Papa et Maman m’attendent toujours.



Donc c’est que, grosso modo, ca se passe plutôt pas mal pour moi, loin de la France. Et que en 6 ans, j’ai pu avoir un aperçu de ce qui semble marcher en termes d’expatriation. Ou pas, en fait.
Le premier truc que j’ai retenu : ON NE CLAQUE PAS TOUT.

Alors c’est clair, que le premier qui ne se soit jamais dit « Purée, tout me soule, je me prends un billet aller simple pour Tahiti et JAMAIS je reviens » leve la main. Sur le principe, ca vend du rêve, mais soyons réalistes un instant :
Votre boîte peut l’avoir mauvaise si vous vous cassez du jour au lendemain. Le « Ciao les losers, moi j’me casse au Brésil », on évitera, donc.
Malheureusement, aucun pays ne vous laissera vivre ad vitam aeternam chez eux sans contrepartie. Ou alors, ca s’appelle un pot-de-vin.
Même au fin fond de la Thaïlande, un bungalow ça a un coût.
Même au fin fond de l’Alaska, on vous retrouvera pour des impayés.

Alors, avant de partir, on va (essayer de) faire tout bien comme il faut.

Destination
Idéalement, dans quelle région du monde on voudrait habiter ?
Le monde est grand, il y a de quoi choisir. A moins que vous ne sortiez d’une grotte ou que vous ne vous croyiez investi d’une mission spirituelle vous exigeant de tout faire péter, la liste des pays à éviter est assez claire en ce moment. Mais sinon, chacun trouve midi à sa porte, hein.
Réveillez le politologue et l’économiste qui sommeillent en vous et prospectez. Quels sont les pays aux taux de chômage les plus faibles ? Quels sont les pays où il fait bon vivre ? Quel est le taux de criminalité ? Et selon vos goûts de luxe - ou pas, quels sont les pays au salaire médian les plus élevés ? Indice : Pas très loin de la France. Quels sont les pays les plus flexibles en termes de visas ? Indice : Pas les US. Quels sont les pays dans lesquels on peut être payés à rien faire ? Indice : aucun.
Idéalement, il faut faire du repérage dans la ville, pour éviter les déceptions des l’arrivée – Comment ca il n’y a pas de McDo au Vietnam ?? Je repars tout de suite !!! 
Enfin je dis ca, je ne l’ai jamais fait… 

Comment ça, ils parlent Chinois à Hong-Kong ?!!
Comment ça, il neige en Nouvelle-Zélande ?!
Comment ça, t’as pas le droit aux chewing-gums a Singapour ?!


Préparation

  • Les sous
Je suis loin d’être une experte financière – dois-je mentionner mon 1/20 en partiel de Finance en Master 2 ? Probably not. - mais bon, faites vos calculs. 3000 euros ne dureront pas aussi longtemps à Londres qu’ils dureraient au Vietnam par exemple, à moins que vous n’ayez déjà des goûts de vieux expats nantis.
  • Le boulot
Pour la faire short, 2 options : on a un taff avant de partir, ou on en a pas.
Si on tient absolument à avoir un boulot avant de partir, c’est simple : on part pas avant d’en avoir un. Mais objectivement, si comme moi vous bossez dans un secteur « passe-partout », il y a de fortes chances que ce soit plus simple d’en trouver une fois sur place. Dans les deux cas, on écume les sites de recherche d’emploi locaux et on voit ce qui ressort, on épluche notre liste Facebook, on effeuille Linkedin, on checke les sites des Ministères de l’Immigration, etc.
Si on trouve avant : bien joué !

Sinon… Êtes-vous vraiment prêts à partir sans rien ? En avez-vous les couilles ? Les ovaires ? Ou, dans mon cas : êtes-vous assez inconscients ? Mais, de manière générale, si nos parents ne nous en empêchent pas, c’est que ce n’est pas une si mauvaise idée ?

Administration

Tout comme des toilettes publiques, on laisse l’endroit aussi propre qu’on aimerait le (re)trouver. On résilie TOUT. Abonnement téléphone, Glamour, assurance voiture, etc. Assurez-vous de laisser assez sur votre compte en banque, au cas ou vous oubliez d’annuler un prélèvement, qui donneraient lieu à des découverts, qui entraîneraient la fermeture de votre compte, qui vous amènerait à appeler votre mère en catastrophe pour qu’elle vous évite un fichage à la Banque de France. True story.

On prévient aussi la Sécu, ses caisses de retraites, les impôts blabla, et on voit quelles options elle propose dans ce cas. C’est chiant, hein. Ma phobie administrative – Mr Thevenoud, sachez que moi, je vous comprends – fait que je panique grave à l’idée de remettre tout ca en place si jamais je rentre. Saviez vous que 42% des Français redoutent leur retour dans la Mère Patrie rien que pour cela ?

Et sinon, bien qu’un peu moyenâgeuse, la Sécurité Sociale c’est quand même génial – on s’en rend compte quand on n’en a plus et qu’un scanner du doigt de pied coûte un SMIC. Alors on couvre son derrière, on investit dans une belle assurance expatriation. Je suis en train de renouveler la mienne personnellement, et je crois bien l'avoir trouvée chez Mondassur, qui me semble être la meilleure en terme de rapport qualité-prix.

Sur place

Ca y est, vous avez choisi votre destination, vous avez pris vos billets, vous avez fait vos adieux déchirants – ou pas, vous avez promis d’envoyer des cartes postales – ou pas, et vous êtes partis. Félicitations !!
Vous avez déjà trouvé un appart - de manière générale, pour cela, il vaut mieux attendre une fois sur place, vous prenez vos marques.
Si vous avez choisi l’option « je trouve un job sur place », il va simplement falloir redoubler d’efforts. Contacter les chambres de commerce, bombarder les entreprises françaises de CV, fréquenter assidument toutes les soirées networking… et puis se prendre un nombre de vents phénoménal, se demander quelle connerie on a fait là, pleurer au téléphone avec sa maman, supplier son ex-boss de nous reprendre (mais je crois qu’il a pas trop apprécié le « ciao les losers »). Ca fait partie du jeu.

Et puis un jour, tout finit par s’arranger. Vous finissez par trouver un boulot, un appart un peu mieux que les 37 cagibis qu’on vous avait fait visiter jusque-là, vous rencontrez des gens avec qui vous vous entendez vraiment.
Et puis quelques mois plus tard, on vous demande si vous comptez rentrer en France vu que votre ultimatum des 12 mois se rapproche, et là, vous vous rendez compte que vous êtes pas mal, là, loin.

10 comments:

  1. Pour l'administratif, j'ai fait deux pays en expat (Suisse et USA) et l'admin est tout aussi chiante voir pire qu'en France!!

    Et je confirme que quand on a plus la sécu on se rend compte que c'est vachement bien en fait!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Haha je suis mauvaise langue alors, je pensais que la France etait quand meme dans le Top 3 des Administrations Reloues ;)

      Delete
  2. Un tres bon article, je me rends compte que je n'etais pas vraiment organisee quand je me suis expatriee au UK il y a 4 ans deja :)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci !! Dis toi que si j'ai l'air organisee dans mon article, c'etait quand meme un peu plus chaotique en vrai ;) (lors de la premiere du moins)

      Delete
  3. Article très intéressant surtout quand on part à l'autre bout du monde. Etant partie en Espagne, je me suis moins embêtée et j'ai laissé les choses se faire au fur et à mesure : déclaration aux impôts etc... J'ai gardé mon numéro de tel français car je rentre de temps en temps et c'est moins cher que d'appeler depuis un numéro étranger et j'ai aussi toujours mes comptes en banque. Si j'étais partie à Hong Kong, j'imagine que ça aurait demandé plus d'organisation mais l'Union Européenne facilite les choses je pense !

    ReplyDelete
    Replies
    1. J'ai aussi garde un compte neo-zelandais mais plutot parce que la dame ne savait pas comment le fermer dans mon cas ;) L'Espagne me fait rever !! Et je suis moins organisee que toi, a chaque retour en France j'ai un nouveau numero :D

      Delete
  4. Je suis partie avec l'option inconsciente. (et au Japon en plus ^^) Et j'ai aussi dit à ma moman et à tout le monde en fait que je rentrais dans un an. Du coup j'ai pas fait grand chose niveau démarches administratives (merci les impôts d'être efficaces sur Internet contrairement à d'autres administrations^^)
    Bref, 9 mois plus tard mon ultimatum se rapproche et je pense qu'à une chose: ne. pas. rentrer.

    Au moins l'administration japonaise n'est peut être pas toujours rapide mais elle est efficace. (enfin cela dit j'aurais la réponse à ma demande de visa étudiant qu'en février. Pour une rentrée début avril ...) (et j'ai droit à la sécu locale <3)

    ReplyDelete
    Replies
    1. OOOh je croise les doigts pour ta demande de visa alors !! Ou es-tu au Japon ? Normalement j'y retourne deux semaines en Juin et j'ai juste trop hate, Tokyo m'a charmee !!

      Delete
  5. WHAOOOOOO J'avais pas vu le nouveau blog tout beau tout neuf tout canon !!
    SO BIOUTIFOUL GEURL (#fandelabannièretitre).

    L'article est vraiment top, moi qui pense petit à petit à découvrir de nouveaux horizons ... et toi t'en es où d'ailleurs ?
    Je veux dire: PAYS et BOULOT ?

    Bisouuuuuuuuuuuuuus from Paris !

    ReplyDelete
    Replies
    1. MERCIIIII !! J'ai investi dans des petits cours de Photoshop alors ce n'est que le debut ! lol. Mais niveau html tout ca, je galere bien...

      Ravie que l'article t'ait plu... Tu aurais quelle(s) destination(s) en tete ? Si tu me dis Italie je te dis GOOOOOOOOOOO !! Je serai jalouuuuse !!
      La je suis toujours a Singapour avec le British, on s'est dit qu'on y resterait jusque fin 2017 mais ca dependra des opportunites... Pareil pour le boulot (j'ai mis 8 mois a trouver alors maintenant je ne le lache plus!)

      J'ai quelques articles de retard sur ton blog, je m'en vais rattrapper ca ce soir :)

      Bisous from Singapore sous la mousson !!

      Delete

Moi, les commentaires, j'adooore !