Sunday, 14 September 2014

Bangkok : Very good trip

Aline, une copine de longue date – 12 ans – ca nous rajeunit pas – est venue me voir a Singapour le mois dernier. Elle a pris ses billets pour une semaine, incluant un week-end. Comme on fait relativement vite le tour de Singapour, je lui ai proposé de se faire un petit week end tranquille entre meufs ailleurs.

En Indonésie, a la plage ? "Non merci, jvais pas en Asie pour enfiler des perles", qu’elle me dit. Ok, ce sera Bangkok alors ! Les billets sont cheap – peut-être parce qu’on est en période de mousson… Un détail.

Bangkok, j’y étais passée en express il y a 4 ans, a peine 10 heures, le temps de voir deux ou trois incontournables. Ca m’avait plu, mais pas de coup de foudre, et je me disais que ce voyage me permettrait d’en voir plus. Eh bien, je n’ai pas été déçue.

Arrivées vers minuit le vendredi soir, la réceptionniste nous apprend que nous sommes surclassées dans la suite diplomatique. Pas de soucis. Je m’endors comme une larve alors qu’Aline, en plein jet lag, galère un peu.

Nous préparons notre plan d’attaque : temples, ballades sur le fleuve Chao Phraya, et le samedi soir on retrouvera mon ancien collègue de Hong Kong qui a déménage a Bangkok il y a quelque mois.

La ville est immense, impossible a parcourir a pieds : on prend donc des taxis pour aller d’un point a un autre, chaque déplacement pouvant prendre jusqu’une heure a cause des bouchons.

Samedi, 10h, cap sur le Grand Palais Royal et Wat Phra Kao, le temple contenant le fameux Bouddha couche. Nous sommes toutes les deux habillées en débardeur et poum-poum short donc nous empruntons a l’entrée des temples de charmantes chemises et foulards pour couvrir ces épaules que Bouddha ne saurait voir.







 Une fois la visite de ces deux temples, tous les deux aussi impressionnants que ce dont je me rappelais, nous partons à la recherché d’un bateau qui pourrait nous faire une ballade sur le Chao Phraya. Le guide recommande de prendre un bateau-transport en commun pour quelques bahts, mais ils ont l’air très lents donc on décide d’opter pour un tour en bateau juste pour nous deux. Le bateau file, les courants d'air nous font oublier qu'il fait 35 degrés.

Je me rappelle d’un documentaire sur le Chao Phraya et je me couvre la bouche avec mon foulard : l’eau est pleine de microbes, recevoir quelques gouttes dans la bouche serait risqué. Aline me prend pour une folle… puis fait pareil.

Le Chao Phraya n’est pas si large que ca. Nous passons devant le temple Wat Arun, devant des maisons qui semblent sombrer lentement mais surement dans le Chao Phraya. Puis on commence la visite des klongs, les canaux. Toutes les habitations sont sur pilotis. On croise beaucoup d’enfants se baignant dans l’eau.
 Certaines habitations sont bien plus cossues que d’autres. Sur les marches menant au jardin de l’une d’entre elles, on voit un énorme varan qui se dore la pilule au soleil… Brrr.









On revient ravies de notre ballade sur le fleuve. On retourne a l’hôtel profiter quelques minutes de la piscine, nous changer pour rejoindre mon pote et sa fiancée. Je leur avais dit que nous voulions aller sur le bar en rooftop du Sirocco, comme dans Very Bad Trip, mais Mathieu nous dit que les prix sont juste fous et la vue, a  contrario, pas folle. Il nous amene au bar en terrasse de l’hôtel Marriott, dans le quartier de Sukhumvit. Canon.

Pour la suite, on lui a dit qu’on aimerait manger thaï (ouh, les touristes!), ils nous amènent a Face, un resto thaï installe dans une superbe maison en bois traditionnelle. Des que quelqu’un monte les escaliers, les murs tremblent. Je prends une salade de papaille verte, un délice.



Octave Bar (photo de leur site)
Restaurant Face (photo de leur site)
Aline et moi décidons ensuite d’aller voir a quoi ressemble Kao San Road. Mathieu et Anna ne nous accompagnerons pas, c’est à une heure en taxi de chez eux (quand je vous dis que la ville est immense)
Kao San Road est une rue super connue a Bangkok, très animée le soir : bars, souvenirs, et ping pong shows. Je vous laisse googler “ping pong show’.  Mais faites le si vous n’êtes pas au boulot. Et sans enfants a cote de vous. Et avec le coeur bien accroche.

Arrivées a Kao San Road… La musique commerciale nous chatouille les tympans. A droite, les vendeurs de souvenirs et de tee-shirts taille uniques aux motifs très sympas mais qui me serviraient de crop-top et de robe a Aline.
A gauche, les bars qui débordent de touristes occidentaux qui ont tous l’air d’avoir dix ans de moins que nous…  Quelques vendeurs  ambulants de brochettes de scorpions, de tatouages au henné et de pad-thaï a moins d’un euro. Finalement, après de longues hesitations (ou pas) nous décidons de ne pas aller voir de ping-pong show. On remonte la rue et on prend un tuk-tuk pour rentrer à l’hôtel.



 Dimanche, nous partons visiter le temple Wat Arun vu du Chao Phraya. Son style est raiment différent des temples que nous avons vus hier. Les marches qui mènent au sommet sont très, très raides, très très hautes.  










Nous enchainons ensuite avec le marche de Chatuchak. Apparemment tu peux TOUT y trouver, des faux passeports et diplômes d’Harvard aux porte passeports, des écureuils volants assomes par le soleil aux sacs pliage Longchamp.
On y restera 2 bonnes heures, à faire le plein de souvenirs. Aline s’essaie au marchandage. Elle réussit a négocier des discounts d'AU MOINS 30 centimes d'euros !!






On se rend compte qu’il nous reste un peu plus de temps que prévu donc on passe visiter Wat Benchamabophit, le joli temple tout en marbre. On nous avait recommande aussi le palais en tek Vinamek, mais ca fera trop juste…





Retour à l’aéroport en taxi et sous la pluie, avec un avion retarde de 3 heures. On arrivera à Singapour à 2h30 du matin, mais c’est un détail, on est encore sous le charme de Bangkok.


Balcons d'immeuble



Reine de Thailande

Monday, 1 September 2014

9 mois à Singap, et que de changements.

Le 26 Aout dernier, on fêtait mes 9 mois à Singapour. Que le temps passe vite…

Je me suis/on s’est rendus compte que notre façon de voir les choses avait quelque peu changé depuis qu’on habite ici.

(Attention : ce post comporte quelques paragraphes ironiques)

- Quand je suis dehors et que je commence à avoir un peu chaud, la transpi ruisselant légèrement sur mon visage un petit peu rouge, je ne cherche qu’à entrer à l’intérieur d’un mall pour être sous la clim.



… ou retourner prendre l’air ayant passé plus de 30 minutes sous une clim a -10, que ce soit au resto, au boulot, dans un mall, dans le métro. D’ailleurs je prends toujours un pull avec moi pour aller au boulot et au ciné.

- Les Singapouriens tiennent une de ces formes! Le serveur du MacDo ou la dame de ménage de mon boulot ont facile l’âge de mes arrière-grands parents ! C’est génial !

- J’apprécie les conseils en nutrition que me donne ma collègue a la vue de ma salade sans viande - et donc "sans proteines". Cette même collègue qui mange des nouilles revenues à l'huile au petit déjeuner et au déjeuner.

- Et d’ailleurs, voir mes collègues manger des nouilles à l’huile/du riz cantonais/des ailes de poulet au petit dej ne me fait même plus frémir.

J'aime faire leger pour le petit dej.
- Ca me gave, Alistair a envie de retourner à Bali bientôt… mais ALLO, j’y étais juste en Juillet! Bali deux fois de suite… la loose quoi.

- L’écriture sms, c’est out, les anagrammes, c’est in. Au bout de quelques semaines, un mail “Hi Lucile, pfb actual rev ytd 07/14, fya bef eob. Tia, Rgds” ne me choquait même plus.

- Tel un GPS ambulant (...), je connais toutes les autoroutes du pays. En allant au boulot, j'indique a mon taxi que, à cette heure, je préfère prendre le PIE puis le CTE, et enfin le ECP en sortant sur la 2b. Et puis ensuite, a droite après DHL, merci. Un vrai GPS, quoi. La voix horripilante incluse.

- Je ne vois plus ou est le problème de demander à sa maid de laver sa BM tous les jours à 7h du mat. Jour de Noel inclus. Pour 300€ par mois.

- A la cantine quand j’étais au lycée, ceux qui étaient seuls a une table et la réservaient pour leur 36 potes à venir m’énervaient au plus haut point. Ici… Même plus besoin d’envoyer quelqu’un réserver : on pose son paquet de mouchoir, son parapluie, son iPad, ce qu’on a sous la main. C’est le signal pour dire « cette table est prise, dégage ». Ça m’horripilait au début, et maintenant j’en suis devenue la pro. TOUJOURS avoir un paquet de mouchoirs sur soi.

- …Tout comme quand je compte prendre un taxi et que je vois des gens se diriger dans la queue. Je marche plus vite qu’eux pour les doubler. Bah quoi. Les taxis, c’est une denrée rare à SG.

- J’ai renoncé à acheter des tomates mures, je me considère chanceuse quand j’en trouve des rouges claires au supermarché. A contrario, je sais qu’une fois mes bananes payées, je disposerais d’environ 3heures pour les manger avant qu’elles ne soient complètement pourries.

- Je suis en extase devant ce sac en cuir que j’avais oublié dans son placard sans clim pendant un mois et qui n’a MEME PAS MOISI !!

- Pour notre prochain appart, on a établi des critères de recherche plutôt simples : une piscine dans l’immeuble (qu’on utilisera 4 fois par an, soit), a maximum 7 minutes de marche du métro (sinon c’est la dégoulinade sudoripare assurée), avec 2 chambres (pour quand on nous rend visite, deux semaines sur 52), pour maximum 2000€, a 20 minutes de métro du centre-ville grand max. Je ne comprends pas ce qu'il y a de drole... ?

-J’ai fini par comprendre que oui, appuyer sur le bouton « fermeture des portes » de l’ascenseur 30 fois de suite aide en effet à ce qu’il parte plus vite. Ou pas…

- Les photos de lézard géant ou de boas croisés par hasard sur un trottoir ne m’impressionnent même plus… ou alors juste un peu.

- Apres de longues hésitations, je me suis inscrite au groupe Facebook « Singapour Expat Wives », un groupe de 1000 femmes (d’) expat, et au final c’était la meilleure décision que j’ai prise jusqu’ici. 
Ce groupe, c’est un superbe mix de "Vis ma vie" : "Ma maid est insolente", "C dans l’air" : "L'irrigation du colon, pour ou contre?" et "Desperate Housewives" : "A QUI EST CE MARI ? J’ai croisé ce mec (photo jointe) en boite à 3h du mat, complétement pété, il sautait sur tout ce qui bouge, il avait une alliance. Serait-ce votre cher et tendre ?" (true story).
Cheri, prends ton manteau, on s'en va...
- Quand mon avion a 3h30 de retard, sans aucune explications, aucune excuse, aucun dédommagement… et bien j’attends patiemment, comme tous mes compatriotes singapouriens. En France j’aurais été la première à aller râler.

- De maniere generale, faut pas trop raler, sinon tu peux te faire prendre en photo par un inconnu qui la postera sur Stomp. C'est un journal en ligne avec plein de photos "choc" prises sans que les sujets le sachent, du style "Cet homme prend un selfie avec un chat! LOL quoi" (je l'ai echapée belle, c'aurait carrement pu etre moi). "Regardez ces Indiens ivre-morts dans le métro, quelle honte!""Trop dégueu, ce gamin fait pipi dans l'herbe devant tout le monde!". Scandaleux, on est d'accord.

- Ma collègue, une commerciale, met des jupes très courtes et très moulantes, et tout le monde s’en bat les steaks.
J’ai mis une fois une jupe au-dessus des genoux en France, et le commercial m’a demandé si je sortais de boite.
Moi au boulot.
- Je fais la queue pour prendre les escalators/l’ascenseur/le bus/le métro/retirer des sous/acheter une glace le samedi soir, et je réserve mes tickets de cinéma au moins six heures à l’avance.


- Plutôt crever que d’aller à pieds au supermarché. Qui se trouve à 10 min de marche de chez moi.