Monday, 4 August 2014

Selamat datang ke Kuala Lumpur !

Le 28 Juillet ici, c’était Hari Raya, soit la fin du Ramadan. Le lundi est alors férié, l'excuse parfaite pour se caser un petit weekend end quelque part. 
Nous nous y sommes BIEN EVIDEMMENT pris à la dernière minute, donc tout était soit trop cher soit fully booked, mise à part Kuala Lumpur, capitale de notre voisine la Malaisie.










Le vol dure à peine une heure et coute en temps normal de 30€ à 50€. Jour férié oblige, les prix avaient doublé… SCANDALE.
On nous a prévenus : a KL, y’a franchement pas grand-chose à faire. Alistair y était déjà allé pour quelques jours en 2011 et ce voyage ne l’avait pas marqué.
J’avais quand même envie de voir par moi-même.
Au final, je ne suis pas déçue – j’avais mis la barre bas vu les feedbacks que j’en avais eu.

C’est une ville qui rappelle Singapour par son architecture, mais en un peu plus (beaucoup plus?) désorganisée et cracra, avec ses boutiques de luxe qui côtoient des petits camion-épicerie. Et des chats de gouttière avec la peau sur les os, partout.
L’attraction touristique – THE attraction : les tours Petronas qui s’élèvent a 450m de haut. Impossible d’y monter car elles étaient fermées a l’occasion d’Hari Raya. On aurait dû y penser… Elles sont encore plus jolies de nuit.





Kuala Lumpur a aussi son propre Chinatown qui ressemble très étrangement à celui de Singapour : une grande rue encadrée de marchands de fake : faux Luis Vuittone, Gocci, Adadas… recouverte d’une verrière. Qui a copié qui ?!
Nous ne nous y attardons pas.

Kuala Lumpur a aussi son quartier colonial ou l’on peut voir le musée du Textile, qui fait face à un terrain de cricket déserté, reste de la colonisation anglaise. Le City Hall Gallery est sympa, il héberge une maquette de 30m de Kuala Lumpur avec un son et lumière qui présente la ville.







Et aussi, les Batu Caves. D’énormes grottes (avec d’énormes marches) dans lesquelles sont installées des statues hindoues.

Et… c’est a peu pres tout.







Ce qui est super à Kuala Lumpur par contre, c’est la BOUFFE. En mode empiffrage non-stop pendant 72 heures, qu’on était. Nous avons teste le restau n33 sur 2342 selon Trip Advisor, un resto indien/thai/malais qui ne paie pas de mine, en bord de route, et remonte Jalan Alor, une rue sur laquelle s’étalent des dizaines de petits restaurants et d’échoppes : fruits de mer, currys, porridge aux grenouilles, stand de durians… dépaysant.






Pour résumer, 48 heures a KL semblent suffire pour en visiter les incontournables.

Kuala Lumpur est une ville très hétérogène, comme Singapour : Hindous, Musulmans, Chrétiens… ils sont tous présents et tous représentés. On y parle le Malais surtout, mais aussi le Mandarin et l’Anglais.

Oh !! Et j'allais oublier de vous parler des taxis. Ils ont TOUS, sur leur carrosserie, d'énormes autocollants qui disent qu'ils ne fonctionnent qu'au compteur et que négocier le prix de la course est illégal et passible d'une amende - pour eux et nous. LOL. On n'a pas pu en prendre un seul sans négocier, ils refusaient catégoriquement de mettre le compteur. Bien sur, on a surement payé les prix spéciaux touristes. Ca fait partie du charme, a ce qu'il parait! En attendant, leurs compteurs ne leur étaient pas completement inutiles : ils leur servaient de repose-casquette, repose-boite de mouchoirs, tenir debout leur calendrier...

Oh !! Et est ce que je vous raconté le trajet en bus pour rentrer a Singap, qui etait sensé durer 4 heures mais qui au final en a dure 8 ? Non hein, c'est pas trop la peine...



1 comment:

  1. Donc en fait KL c'est comme Singap'... Mais en moins bien ? ;)
    En tout cas, ça à quand même l'air sympa pour quelques jours, ou pour une escale! (enfin pour l'escale avec Malaysia airlines, j'ai des doutes ;)

    ReplyDelete

Moi, les commentaires, j'adooore !