Thursday, 26 June 2014

Bref, je n'étais plus motivée.

J’étais plus trop inspirée. J’aime bien parler de trucs inspirés de ma vie, rigolos si possible, mais là il ne se passait plus grand-chose. Blasée. Demain est un jour comme les autres, les sanglots longs des violons de Juin.

J’ai fêté mon sixième mois à Singapour, fêter étant un bien grand mot car je n’avais toujours pas de boulot et je commencais légèrement a en avoir marre. Ces six mois résonnaient plutôt comme le « tic tac tic tac » d’une bombe prête à exploser, même si je ne sais pas quand aura lieu l’explosion ni même en quoi elle consistera.

Peut-être un petage de câble en mode « aaaah ça me soule je lâche tout, je lâche Singapour, je lâche ma collection de manekineko, je lâche Alistair, je lâche Cookie, je vais m’installer en Patagonie et vivre des ventes de mes bracelets en macramé ! »

Sauf que je ne sais pas faire de bracelets en macramé, que je ne parle pas assez bien espagnol pour aller vivre en Argentine et que de toutes façons, j’aime pas trop la campagne. Par contre je pense que Cookie aurait apprécié les grands espaces, elle aurait gambadé joyeusement dans les hautes herbes argentines, avec sa patte qui traine.

Alors bref, en attendant, j’étais plus inspirée pour écrire sur mon blog. La page blanche. Je n’avais pas spécialement envie de parler des deux grosses pistes de job qui se sont cassé la gueule l’une après l’autre.  J’aurais pu parler de mon super voyage au Vietnam avec mes parents et mon frère – qui parle couramment vietnamien, soit dit en passant. Mais je ne retrouve plus la carte SD, et je ne dessine pas assez bien pour illustrer un article de mes blanches mains – quoique légèrement bronzées. J'aurais pu parler de mon incompréhension quand j'ai appris qu'il était strictement interdit d'afficher un drapeau autre que celui de Singapour sous peine d'amende - ai-je besoin de vous rappeler que SG se hisse a la 150eme place sur 180 dans le Classement Mondial de la Liberté de la Presse ? Oui oui, juste avant la RD du Congo. Oui oui, ca me travaille, je sais.


Apres la pluie, le beau temps
Au moins, les deux pistes qui sont tombées à l’eau m’ont conforté dans l’idée que c’était le bon moment d’aller faire un tour à Hong-Kong pour mon anniversaire. Une petite folie dans ma vie de chômeuse qui valait clairement son pesant de dollars. Pendant tout le mois qui a précédé le voyage, j’ai passé des heures sur Whatsapp et sur mes mails à organiser avec mes copines un enterrement de vie de jeune fille de dingue et une jonque de dingue. J’ai décidé de partir a HK 9 jours complets, du vendredi au dimanche d’après. Go big or go home à ce qu’il parait ; j’ai fait les deux.

J’avais un peu peur de retrouver Hong-Kong pas comme je l’avais laissé – on dirait que je parle de toilettes. Et pourtant. Dès que j’ai revu mes potes, j’ai instantanément oublie que ça faisait un an et demi qu’on ne s’était pas vus. A croire que je les avais laissés le weekend-dernier. Ils s’entendent toujours tous aussi bien, ils aiment toujours autant Hong-Kong, on s’entend toujours aussi bien.

Alors bon j’ai eu moyennement envie de rentrer à Singap. J’en ai parlé au chéri qui n’a pas aimé du tout cette idée que j’avais de prolonger mon voyage de quelques jours. Semaines. Mois. Années. On ne sait pas.

Mais je me suis raisonnée. Et finalement j’en ai bien profité, j’ai vu tous ceux que je voulais, j’ai fait tout ce que je voulais, j’ai vu pour la première fois le bébé de ma copine qui a des bras tels « des chapelets de saucisse », j'ai dansé sur des bars, j’ai chanté OLE OLE OLE OLA trop,  j’ai mangé tout ce que je voulais, et c’est tant mieux, car j’avais prévu le coup et j’avais tenté, un mois à l’avance, de me sculpter un corps de déesse pour Hong-Kong. Bon j’étais bien sur toujours grassouille, mais pas en mode Bibendum en Nouvelle-Zélande.
Bref, notre copine a eu un super enterrement de vie de jeune fille, j’ai eu un super méga anniversaire, même si avoir 28 ans c’est quand même le bad, je tiens à le signaler.

Et je suis sagement rentrée à Singapour. Je me demande si la Lucile d’il y a 4 ans serait rentrée a Singap ou restée à Hong-Kong ? Bref, je suis sagement rentrée à Singap, ou un entretien m’attendait. Ainsi que Cookie. Ainsi que la seconde saison de Orange is the new Black. Ainsi que le ménage pas fait depuis dix jours, mais bon, c’est une autre histoire.

Bref, avec du recul, je pense que j’étais en bad, je suis allée me ressourcer à HK. Au lieu d’en inspirer son air pollué, comme on fait quand on va à la montagne se ressourcer, j’en ai inspiré la ville, les souvenirs, l’ambiance, la bonne humeur de ces 10 jours, les fous rires. Maintenant je suis requinquée, je suis au taquet, et me revoilà. Le ménage attendra.

Bisous.