Wednesday, 29 January 2014

Liebster Awards : Round 2


Weeee j'ai à nouveau été taguée pour les Liebster Awards, par C'est du Chinois et Miettes de Voyage !

Les Liebster Awards sont destinés aux blogs ayant moins de 200 abonnés, et se composent de la manière suivante :

- Raconter 11 choses sur soi
- Répondre à 11 questions - dans ce cas, 22
- En poser 11 autres
- Nominer 11 nouveaux blogs

C'est parti !



11 CHOSES SUR MOI
1. Je suis connue pour porter des shorts
 souvent - genre 6 jours sur 7. Le 7ème je reste en pyj.
2. J'ai appris l'hébreu... pendant 3 mois
3. Je suis v
égétarienne. Et c'est top.
4. Mode je me la pète ON : je ne supporte plus de regarder des series US/GB en francais
5. J'adorerai visiter les Etats-Unis de fond en comble, pendant au moins 3 mois
6. Je suis très dépensière
7. Je suis en train de me decouvrir une passion pour la patisserie
8. Je suis a Singapour et mon petit fr
ère est au Vietnam
9. Au coll
ège j'etais une encyclopedie vivante sur le Titanic
10. J'aime bien la déco un peu kitsch
11. Ma mere me voyait bien journaliste quand j'étais ado et je me dis que j'aurais peut-etre du l'écouter


LES 11 QUESTIONS DE MIETTES DE VOYAGE
1. Dans quel pays rêverais-tu de vivre ?
USA, San Francisco

2. Quelle a été ta plus grosse galère en voyage ?
Quand mon vol pour HK a été dévié pour Canton et qu'ils nous ont fait passer une nuit entière dans un aeroport non chauffé en Decembre, en nous ayant pris nos passeports... Ou mon voyage Nouvelle-Zélande - Canada qui devait durer 36 heures a la base et qui a duré plus de 70 heures...

3. Où es-tu en ce moment, et pour combien de temps ?
Singapour pour au moins deux ans je pense

4. As-tu la phobie de quelque chose ?
Araignées et serpents... et surtout, surtout, piqures (prise de sang, vaccins...)

5. Quelque chose que tu améliorerais bien dans ton blog ?
Ma banniere mais je suis une quiche en Photoshop !

6. Ta plus belle rencontre en voyage ?
En Nouvelle-Zélande, on avait passe une nuit chez des fabricants de produits de beauté naturels, ils etaient super sympas et tres intéressants

7. Quel est ton livre préféré, et que raconte-t’il ?
J'ai beaucoup de livres preférés, notamment des classiques comme Un Barrage Contre le Pacifique ou Le Rouge et Le Noir, mais derni
èrement j'ai lu et aimé Call the Midwife (appelez la sage femme), sur une sage-femme dans les quartiers sensibles de Londres dans les annees 50.

8. Lorsque tu ne blogues pas, que fais-tu sur Internet ?
Youtube pour des documentaires ou des recettes, et puis Le Monde, Slate, Rue 89, Faebook, Hellocoton

9. Tu préfères voyager seul, en couple ou entre amis ?
En couple, entre amis et en famille :)

10. Quel est le truc le plus fou que tu aies fait dans la vie ?
Partir à 23 ans à Hong Kong avec juste assez pour y survivre 3-4 mois.

11. Quelle est la personne (connue ou non) qui t’inspire le plus au quotidien ?
Hmm bonne question ! Je ne sais pas trop. De maniere générale, j'admire ceux qui se fixent des buts et font tout pour y parvenir, connus ou non.


LES 11 QUESTIONS DES EXPATS CHINOIS
1. Quel était ton rêve quand tu étais enfant ?
Hotesse de l'air !

2. Quelle citation te décrit le mieux ?
"Mieux vaut des remords que des regrets". Ou l'inverse, je ne sais plus. Mais vous saisissez l'id
ée.

3. A ton avis, quel pays te correspond le mieux et pourquoi ?
Je ne sais pas si je dirais que Hong Kong me correspond le mieux mais je m'y sentais vraiment a l'aise

4. Quels pays asiatiques as-tu déjà visité ?
Hong Kong, Macau, Taiwan, Thailande, Japon, Indonesie, Singapour, Malaisie, Vietnam, Philippines, Chine

5. Quel genre de voyageur es-tu ?
Pas toujours organisée mais je m'arrange pour toujours en faire et en voir le plus possible!

6. Qu'est-ce qui te plaît le plus en voyage ?
Les paysages, la vie urbaine

7. Quelle cuisine du monde préfères-tu ?
Italienne et vietnamienne

8. Comment te vois-tu dans 5 ans ?
Probalement mariée huhu. Probablement pas en France. Probablement en train de reflechir au prochain voyage.

9. Quel regard portes-tu sur la France ?
Je vais simplement copier ce que je disais a Sylvie du Coin des Voyageurs :
Ca dépend vraiment des jours et de l’actualité. Certains jours quand quelqu’un que je rencontrerais me parlera de ses vacances en France qu’il a adore, je me sentirais fière d’être Française et de venir d’un pays multiculturel aux milles paysages, et qui a tellement à offrir.
Mais par exemple, quand mes amis néo-zélandais me demandaient pourquoi il y avait autant de manifestations contre le mariage gay alors qu’il est passé comme une lettre à la poste en NZ, en quelques jours c’était voté et appliqué, je me sentais un peu… mal à l’aise. Ou quand on me dit que les Français sont parfois mal polis ou un peu froids… j’ai tendance à approuver, moi-même ne semblant pas particulièrement chaleureuse au premier abord (mais j’y travaille).
J’ai de la chance d’être Française lorsqu’il s’agit de l’éducation gratuite pour tous ou la sécurité sociale. On s’en plaint souvent, mais on se rend compte de la chance que l’on a quand on voyage, et quand on va chez le médecin pour un rhume et qu’on en sort délesté de 80€. Ou quand on a la chance de n’avoir aucun emprunt-études qui se rappelle à notre bon souvenir tous les mois. Mes frais de scolarité à la fac ont couté 12 fois moins cher que ceux de mon copain, qui a aussi fait la fac mais en Angleterre, et qui rembourse tous les mois depuis trois ans et pour encore sept ans.

10. Quel a été ton premier et ton dernier voyages à l'étranger ?
Mon premier, probablement en Allemagne avec le college. Le dernier, mise à part Singapour et la NZ ou j'ai habité, était le Canada et les US.

11. Quelle langue aimerais tu apprendre ?
J'aimerais plutot me remettre à mon italien, un peu rouillé


MES 11 QUESTIONS
1. Si tu pouvais faire n'importe quel metier, que serait-il?
2. Quel est ton souvenir preferé, ramené de vacances ?
3. Quelle est ton dessert preferé ? Ou peut-on le trouver ?
4. Quel est le film qui t'a marqu
é recemment ?
5. Ou reverais-tu d'aller ?
6. Y a t'il des sujets que tu aimerais aborder dans ton blog mais tu n'oses pas ?
7. Ou te vois tu dans dix ans ?
8. Plutot Dexter ou Gossip Girls ?
9. En voyage, plutot bimbo ou aventuriere ?
10. Es tu plutot vie a la ville ou a la campagne ?
11. Les vols touristiques dans l'espace par Virgin... yay ou nay ?


... ET JE NOMINE...
1. Cups of English tea in Canada - Proserpine
2. Maman Doudouce - Laetitia
3. Magouille Voyage
4. Far West Coast - Laura
5. My Beautiful Planet - Amandine
6. The right way to get lost - Marion
7. SNNZ 2013 - Noemie
8. Pinpirina
9. Chroniques d'un chat de bibliotheques - Claire
10. Defies-moi- Fanny
11. Au 5 Coins du Monde

... Vous voulez en savoir ENCORE PLUS sur moi ?? Rooooh... Retrouvez ici mes deux premiers Liebster !





Thursday, 23 January 2014

Chat change tout !

Bon, j’annonce, cet article va parler de chatons mignons, de caca et de chattes.
Si avec ça je n’explose pas mes statistiques…

Pour ceux qui ne le savent peut-être pas encore – pourtant on spamme comme il faut sur Facebook et Instagram, Alistair et moi sommes famille d’accueil pour chats.

What ? En fait on hébergera a la maison un ou plusieurs chats, le temps de lui trouver un adopteur permanent. Ça peut être aussi le temps que ledit chat reprenne des forces/guérisse etc.

Et donc bref. Depuis le 31 Décembre nous sommes parents temporaires de deux petites chattes, Charlie et Camilla. A la base on voulait les appeler Charles et Camilla mais il s’est avéré que Charles n’avait pas de zizi…
On ne s’y attendait pas, mais notre vie a changé, un petit peu. Tout ceux que je connais et qui ont aussi des trucs qui ronronnent à la maison disent la même chose. Elodie du Blog du Dimanche en avait déjà parlé ici, un article miaulant de vérité… Mais Charlie et Camilla veulent leur propre article. Et puis, deux chats, deux fois plus de dégâts… heu.. de joie !!



GAGAS.
Quand elles sont arrivées à la maison, dès que j’ai vu leurs petites têtes curieuses sortir de la cage, j’ai craque. Mes chatonnes. Mes bébés. Mes toutes-petites. Mes princesses.

Alistair pareil, c’est certain. Il le montre moins, c’est tout…

En 24 jours de cohabitation, je pense avoir pris plus de 300 photos d’elles. Camilla qui fait la sieste. Charlie qui joue avec un bout de plastique. Camilla et Charlie qui se font des câlins… ah non… Camilla et Charlie qui sont en fait en train de tenter de s’arracher mutuellement la carotide. Camilla qui boit dans mon thé. Elles sont trop mignonnes.

En société, j’ai honte. J’avoue que j’ai parlé de leur diarrhée a une copine, et quand j’ai reçu un Whatsapp d’Alistair m'informant que ça avait l’air d’aller mieux, j’en ai évidemment tenue informée ma pote. Pardon Marjorie.

Julien, papa de Simone, 3 mois : Moi j'en suis complètement gaga, tu as beau dire que tu ne seras jamais comme ces gens qui postent des millions de photos sur FB, qui te parlent de leur minou pendant trois heures, et en fait quand ton chaton vient se blottir contre toi en ronronnant tu fonds complètement.


Simone, 3 mois "et demi"
DODO, PIPI, CACA.
On les enfermait dans leur chambre pour qu’elles puissent dormir sans qu’on les dérange – et non l’inverse - mais un jour on a oublié de fermer la porte. Elles sont venues nous voir à 4 heures du mat. Et que je te miaule a deux centimètres du visage avec ma délicieuse haleine de croquettes au saumon (ses pref
érées). Et que je te pétrisse le bide avec mes petites pattes griffues, pour te montrer que COUCOU JE SUIS LA ET JE DORS PAS !!

Vous pensez qu’on les aurait renfermées illico dans leur chambre ? Of course not. On les a laissées s’installer. Et la nuit d’après aussi. Et celle d’après. Vous avez compris. Charlie et Camilla dorment désormais entre papa et maman.

Sophie, maman de Dewey, six mois : Dewey dort aussi avec nous… La première nuit on a voulu le mettre dehors mais j’ai eu l’impression de revivre Croc-Blanc, atroce… Il est resté depuis.

Dewey, 6 mois

Les besoins, parlons-en. Y a-t-il déjà eu des études scientifiques portant sur les défécations infanto-félines ? Il devrait. Un truc si toxique et si énorme provenant de cette adorable petite chose, c’est pas normal, si ?
Elodie du Blog du Dimanche l’a remarqué aussi : Comment un être si petit et si mignon peut faire des trucs aussi horribles et puants ?

A échelle humaine, je pense que c’est comme si on passait 1/3 de notre journée aux toilettes. Franchement. Camilla nous impressionne particulièrement, ce qui lui a valu le petit surnom de Cacamilla, c’est pour dire. 

Cacamilla et son papa

POURRIES GATEES.
Nos chattes sont pourries gâtées. Quand elles sont arrivées, nous leur avons acheté la petite cage, la petite litière, les petits colliers roses à paillettes (qu’elles refusent de porter, filles ingrates), des jouets, un truc pour se faire les griffes… Bref, elles ont été accueillies comme des princesses et nous, depuis, on mange des patates à l’eau pour s’en remettre financièrement.

Mais en fait, elles n’aiment pas la planche à griffes, elles préfèrent le canapé en cuir.
Elles n’aiment pas les petites balles à grelots qui coutent les yeux de la tête, elles préfèrent quand je leur fais des petites boules avec du papier alu, elles sont comme des folles.
Elles n’aiment pas leurs croquettes, elles préfèrent le cheesecake de maman.

Bref, vous l’aurez compris, elles sont comme ces sales gosses à qui on offre un château Barbie toutes options à Noël et qui finissent par jouer avec le carton d’emballage.

Faut dire qu’en matière d’éducation, vu qu’on est complètement gagas, on laisse un peu tout passer. Le rideau de la douche est déchiré ? « Oooh non Charlie, c’est pas gentil. Tu promets que tu le referas plus, hein ? Minette. Allez, fais un bisou à Papa. »

… Non mais ça va être quoi quand on aura des enfants ?? Allons-nous aussi devenir ces parents qui mettent en ligne des photos du dernier diner ou pire, du popo dans le pot de leur progéniture ???



CA NE RESSEMBLE À RIEN.
Ah, notre appart à Singapour. On en est trop fans. Murs blancs, terrasse, déco zen - parce que on pas encore reçu tout mon bordel arrivant de NZ… Et puis un jour, les chattes sont arrivées.

Elles adorent les boites en carton ? On leur a fait un château, trônant au milieu du salon.
Elles kiffent courir après des trucs qui roulent ? Des dizaines de boules de papier d’alu jonchent les sols.
Elles doivent se purger ? Pas de soucis, mes plantes entretenues avec amour sont là pour qu’elles puissent les déchiqueter en toute impunité.
Elles aiment se prélasser dans nos fringues déjà portées car ça sent bon ? Pas de problèmes, on laisse trainer le linge sale un peu plus longtemps par terre pour les voir s’y kiffer.
Elles risquent de sauter du balcon ? Pas de soucis, on l’a recouvert de grillage. C’est moins nice mais c’est plus safe.
Elles aiment faire la sieste sur mon clavier pendant que je suis occupée à rédiger ce même article ? Pas de soucis, je le terminerais plus tard.

Bref, vous l’aurez compris, nous sommes de vrais relou-a-chats, avec un appart qui ne ressemble plus à rien. Mais ça vaut le coup. Qu’est ce qu’on va devenir quand elles partiront dans leur famille d’adoption définitive le 8 Février ? Nous n’osons y penser.

En attendant, je vous laisse, je suis attendue pour un câlin avec mes deux petits trucs poilus ronronnant.










Wednesday, 15 January 2014

Vie à Singap : Premières impressions

Un mois et deux semaines que me voilà installée à Singapour ! Ce qui n’est pas énorme en soit mais me permet déjà de remarquer quelques traits de caractère propres à cette ville-état.

Bien sûr, je pourrais mettre à jour cet article au fur et à mesure de mon séjour ici.

Déjà, je dois préciser qu’il est tentant de comparer Singapour à Hong-Kong, où j’ai habité presque trois ans : toutes les deux en Asie, toutes les deux colonisés par les Anglais, avec une densité similaire, un climat à peu près similaire…

Cependant, Singapour fait bien plus western, bien plus occidentalisée que Hong Kong. Il y a 4 langues officielles, l’anglais, le mandarin, le malais et le tamoul, mais la plupart des panneaux de signalisation sont en anglais, et en anglais seulement. Il y a aussi bien plus de voitures individuelles, des autoroutes, des rues plus larges, plus de restaus occidentaux, des appartements plus grands… ce qui restait somme toute assez peu commun à Hong-Kong.


// CLIMAT 
Je savais que Singapour avait un climat tropical, et qu’il allait faire chaaaaaaud et humiiiiide, un peu comme à Hong Kong, mais en pire, car Singap ne se trouve qu’à 682 kilomètres de l’équateur.

Je n’avais pas compris que, par humide, il fallait comprendre «il va pleuvoir des cordes pendant au moins deux heures tous les jours… ». Tous. Les. Jours.
Sérieusement, quoi. Sauf peut-être le 25 Décembre, ou il n’a pas plu, je crois. Cadeau du gros barbu.

Donc petit conseil : si vous devez sortir, et qu’il fait beau, sortez. Maintenant. Car ça ne va pas durer. En une demie heure, le ciel peut s’assombrir, l’air s’humidifier, et vous pouvez retrouver sous un orage apocalyptique avant même d’avoir compris ce qu’il se passait.


Ayez donc toujours un parapluie sur vous. TOUJOURS. Surtout si, ce jour-là, vous portez un tee-shirt blanc. Histoire vécue.

Niveau chaleur, c’est encore supportable en ce moment. Je n’ai pas tout le temps besoin de faire sécher mon maquillage au ventilateur avant de sortir. Il fait entre 25 et 30 degrés… A ce qui parait, ça ne va pas aller en s’améliorant. J’envisage acheter un ventilateur portatif, comme pour les bébés (ou les vieux).

Et qui dit humidité, dit peau grasse, dit glamour.
Qui dit humidité, dit aussi poils qui repoussent deux fois plus vite.

Singapour, la ville qui vous aide à vous sentir belle.

"Comment faire sécher son make-up par 80% d'humidité"



// NOURRITURE
Les Singapouriens adorent manger. On me dit que c’est leur deuxième passion après le shopping... La bouffe et le shopping. Il me plait ce pays.

« Hey salut Lucile, je suis ton compte en banque et je tiens à te rappeler que tu n’as pas travaillé depuis Aout. »
«Coucou !! Nous sommes les 6 kilos que tu as pris en Nouvelle-Zélande !! Ça va ? On est toujours là t’as vu !T’es sure que tu comptes t’empiffrer a Singap ? Enfin on dit ça, on dit rien… »

OK, C’EST BON.


Bref. Les tables et chaises des bouibouis dépassent sur la rue et ferment à pas d’heure, chaque centre commercial contient au moins un food court. C’est un véritable carrefour culinaire où se croisent cuisines chinoise, japonaise, vietnamienne, western, mais aussi et surtout thaï, malaisienne et indonésienne. J’adore.

Comme à Hong Kong, cela ne dérange pas les Singapouriens de faire la queue longtemps pour obtenir une table dans leur resto favori.

On a également compris comment se comporter dans les fast foods ou les food courts : il faut réserver sa table. Si tu ne réserves pas, tu ne manges pas. Ou alors, par terre. Donc, on réserve sa table, en y déposant nonchalamment ce que l’on a sous la main. Parapluie. Pull. Clefs. Sac, IPad, tant qu’on y est. Une fois après avoir mangé, on ne débarrasse surtout pas, hein ! Y’en a qui sont payés pour ça… Ou les prochains qui s’y installeront…

Dans les supermarchés ; retour en Asie : Du tofu, du riz, des fruits aux noms exotiques, aux odeurs exotiques aussi parfois, des nouilles instantanées à profusion, des aliments dont on avait jamais entendu parler avant : les abalones, les durians…


En cherchant bien, on peut aussi trouver du fromage, du chocolat, des yaourts, dont le prix au gramme doit être indexé à celui du cours de l’or.



// TRANSPORTS
« Singapore has the best transportation in the world ! » selon nos proprios, nos gardiens d’immeuble et les collègues d’Alistair. Les Singapouriens sont très fiers de leur système de transport en commun. En tant que non-singapouriens, nous pensons que oui, c’est un bon système, cependant, le réseau de métro n’est pas très étendu, et de ce fait nous devons marcher 30 minutes aller à la station de métro la plus proche...
Positivons : Une de mes résolutions 2014 est de faire plus de sport ! 

Il y a beaucoup de voitures personnelles ici, malgré une taxe de folie – en plus du prix de votre voiture, vous payerez environ 40000€ à l’état pour avoir le droit de la conduire pendant 10 ans.

Par contre, les taxis commencent à environ 2€, et les chauffeurs, jusqu’ici, me semblent bien plus sympathiques que ceux de Hong Kong. Ils ne râleront pas si tu leur demande de te déposer un kilomètre plus loin juste parce que tes sacs de courses sont un peu trop lourds – l’un d’entre eux m’a même dit : Tu as bien raison ! Pourquoi marcher quand on peut prendre la voiture ! (il n’était pas très mince)

Certains chauffeurs partagent la même technique de conduite que les chauffeurs Hongkongais, le fameux "stop and go" : On appuie sur le frein. On relâche brusquement. On appuie sur l’accélérateur. On relâche brusquement. Etc. Vous avez saisi l’idée.



// FAUNE
A Hong Kong, on avait les cafards à chaque coin de rue… ou derrière le lit (check) dans la douche (check), dans l’évier (check). J’ai eu aussi un lézard, une fois. Et si on prenait le bus jusqu’à Monkey Hill, coté Kowloon, on pouvait voir des singes sauvages. Et avec un peu de chance, des buffles se dorer la pilule sur les plages de Lantau.

Ici, à Singapour, c’est plus vert, c’est plus humide, donc ça grouille encore plus.

En témoigne une note d’information dans l’ascenseur de notre bâtiment : Ici cohabitent en paix humains, animaux domestiques ou sauvages, tels que chats et chiens, mais aussi poules sauvages, pies, lézards, écureuils, singes et serpents
Euh… serpents ?? Chéri d'amour, tu me portes jusqu'à la maison ?

A l’arrêt de bus en bas de chez nous, pas plus tard que la semaine dernière, nous avons vu aussi une famille d’au moins dix singes se balader tranquilles. Bien que mignons, les singes peuvent être très agressifs, et surtout il ne faut pas s’aviser de les regarder dans les yeux. Le Boyfriend n’en menait pas large : Vas-y les regarde pas ! Ah j’aime pas ça. C'est des vicieux! Je vais un peu plus loin. Non !! Vaut mieux pas que je bouge. Faut pas bouger. LUCILE BOUGE PAS IL TE REGARDE !

... Un peu stressé, vous avez dit ?

On retrouve aussi au supermarché des pièges anti-fourmis – c’est vrai que ça grouille à la maison- anti-cafards, anti-lézard, et... anti-serpents, donc. 


En parlant de fourmis, lors d’une promenade aux Jardins Botaniques avec ma première visiteuse, Marjorie, je sens un truc qui me court le long du bras. Je m’en débarrasse vite fait à grand renfort de cris distingués et de battements de mains énergétiques. Marjorie : Ah ouais on avait les mêmes fourmis en Thaïlande ! Elles piquent, ça fait super mal, comme si tu t’étais fait mordre par un serpent.

Ok. Sympa la vie sous les tropiques. Et est-ce que je vous ai parlé des nombreux cas de dengue ici, dûs aux moustiques ? Ou comment devenir hyponcondriaque d
és que tu t'es faite piquer et que tu as un petit peu mal à la tête...

Et ce matin même, j’ai vu une araignée qui sautait. Pas énorme, hein... mais je sais pas, j’ai le pressentiment que c’était un juste un bébé araignée et que sa famille va bientôt vouloir se présenter à moi…


Singapour pullule aussi de chats. Une grande campagne de stérilisation pour 20000 chats est en cours. Nous sommes allés une fois dans un bloc de HDB et nous en avons compté plus d’une dizaine, errant tranquillement dans les couloirs.

On en a aussi deux qui ont atterri chez nous, en attendant d’être adoptées. A moins que l’on se laisse tenter pour les garder. Qui pourrait résister ?

Camilla et Charlie (ex Charles)


// SE LOGER
Deux choix à Singapour : les HDB, qui sont de grands ensembles d’immeubles sans « commodities », et les condominiums, des immeubles très modernes pour la plupart, qui incluent gym, piscine, gardiens, salle des fêtes etc. 

Les loyers ici sont très chers, compter 1200€ pour une chambre dans une bonne coloc. Compter 2000€ pour un appart une chambre en centre-ville. Nous habitons dans un condo qui date de 1984 –autant dire l’ère préhistorique en terme de condo ici - assez loin du centre de Singapour, mais très agréable, au calme. Notre chambre actuelle est plus grande que l’appart que nous avions à Christchurch… merci les pistons de beau-papa et belle-maman...

Chaque condo a ses gardiens –moyenne d’âge 60++-, et je ne sais pas si c’est le cas dans les autres condos, mais les nôtres connaissent tout de notre vie vu que nous passons toujours devant eux lorsque nous devons sortir, ce qui donne des échanges du genre : Tu vas encore faire les courses ? Mais tu y vas tous les jours ! Ah oui vous allez au cinéma ? Vous allez voir quoi ? Alistair est déjà rentré, il doit t’attendre à la maison. 
Culpabilisation assurée quand on commande une pizza pour la deuxième fois de la semaine vu que le livreur doit nommer son client à l’entrée... 

J’ai remarqué que tout condo qui se respecte aura un nom compos
é de la manière qui suit :
Nom du quartier + View / Terrace / Gardens / Park.
Donc, si on te propose un Ang Mo Kio Terrace avec Gardens et View sur un Park... c’est un maxi condo.

Exemple de condo. PAS le notre. Peut-etre un jour. #jereve


// IMMIGRATION – Bon, là, je préviens, on arrive dans des sujets un peu moins lol.
Singapour est un véritable melting-pot. 75% des Singapouriens sont d’origine chinoise, 23% d’origine malaisienne et 10% d’origine indienne. Personnellement, je suis fan : cette multi-culturalité se ressent partout, dans les differents styles d'architecture, d'une rue à l'autre, dans la cuisine, à la télé, dans les annonces en 4 langues dans le métro...

En 2009, Singapour comptait 25% de non-résidents (personnes qui n’ont ni la résidence permanente ni la nationalité singapourienne, comme Alistair par exemple). Je pense que, en 5 ans, ce chiffre a du énormément augmenter.

Suite à la râle des Singapouriens qui craignent l’impact de tous ces nouveaux arrivants sur le marché du travail, l’Etat semble tout mettre en œuvre pour limiter l’accès a l’emploi des non-singapouriens, notamment avec des visas de travail de plus en plus difficiles à obtenir.

De leur coté, les ouvriers étrangers, qui travaillent surtout dans le BTP grâce à leur permis de travail spécial « emplois non qualifiés », et qui viennent majoritairement du Bengladesh, de l’inde ou du Sri-Lanka, ont intérêt à se tenir à carreau sous peine d’être encore plus mal vus par les Singapouriens. Une émeute a éclatée il y a de cela quelques semaines après qu’un Indien en état d’ébriété ait été écrasé par un bus. Les journaux ont bien tous mis l’accent sur le fait que tous les émeutiers n’étaient pas Singapouriens sauf un. Nos gardiens ont condo nous l’ont aussi bien précisé « no singaporean, only indians, you know ! »

Au final une interdiction de vendre de l’alcool le weekend end a Little India été mise en place quelques jours plus tard, et j’ai eu l’impression de voir cette affiche du gouvernement un peu plus souvent…


Un copain a aussi partagé cet article, qui reflète bien cette idée de l'étranger fauteur de trouble. Il y parle d’une cinquantaine de tentes installées chaque weekend end par des travailleurs étrangers dans un parc familial. À l’abri des regards, des couples y roucouleraient. Tous d’origine étrangère, hein, bien sûr…

Le 20 Minutes local vient par ailleurs de lancer un appel à témoignages pour une prochaine Une qui sera intitulée : La xénophobie (à Singapour) serait-elle un problème grandissant ? . Affaire à suivre…


// ETAT POLICIER ?
Singapour est une ville qui me semble très agréable a vivre : grands espaces, parcs, musées, réseau de transport en commun efficace, faible taux d’imposition, système scolaire hors du commun… Oui mais.

Quand on fait un peu de recherche, on s’aperçoit que le taux de condamnation à mort est le deuxième plus élevé par habitant au monde, juste après le Turkménistan.

Les crimes pouvant amener à la peine de mort sont notamment les suivants : meurtre, mutinerie, terrorisme, provocation au suicide d’un mineur, atteintes à la personne du président de la République (trahison)… le « plus commun » étant le trafic ou la possession de drogue, comme indique très clairement sur les cartes d’embarquement/désembarquement distribuées dans les avions, genre «Hey, welcome to Singapore! Passes de bonnes vacances, mais t’es prévenu, ici, la police est pas là pour enfiler des perles »


Au-delà de la peine de mort, toujours présente et appliquée dans 58 pays, Singapour est aussi connue pour être une « fine city » : une jolie ville… a amendes. Pas le droit aux chewing-gums. Pas le droit de traverser hors des passages cloutés. Pas le droit de cracher. Pas le droit de faire des tags. Bien sûr, la plupart de ces interdictions tombe sous le sens - en France en théorie, on écoperait aussi d’une amende pour des tags. 
A Singapour, cela peut amener à une amende… mais aussi à un châtiment corporel (coups de bâton) ou de la prison. Par ailleurs, l’homosexualité est toujours –théoriquement- réprimée par la loi.

Singapour est aussi connue pour sa censure : toutes les productions audio, vidéo, presse… y sont soumises. Nous avons pu nous en rendre compte nous-même en allant au cinéma la semaine dernière voir Delivery Man : il y avait une scène dans laquelle on sentait que deux mecs étaient sur le point de s’embrasser et… ah non ! Ça a coupé. Pour en avoir le cœur net, j’ai fait mes recherches une fois de retour à la maison et effectivement, j’ai eu confirmation qu’un baiser gay devait originalement partie du film… 

Mise à part cela, et le fait que je n'ai pas maché de chewing-gums depuis bientot deux mois, la sévérité de Singapour ne se ressent pas au quotidien.

//BREF...
Après quasiment deux mois de vie à Singapour, nous pouvons dire que nous nous y plaisons : la ville est propre, agréable à vivre, sa culture, sa population et son histoire sont très intéressantes.

Seulement… on va éviter de faire des blagounettes sur le gouvernement, hein. Et penser à se tartiner de crème matifiante/solaire/anti-moustiques avant de sortir.