Thursday, 17 October 2013

Vis ma vie : S’installer, s’habituer, repartir. Répéter.

France – Hong Kong – Nouvelle Zélande - …

Et voilà, on repart. Je ne m’attendais pas à ce que cela arrive aussi vite. Un chapitre de ma vie va bientôt se finir et je vais, nous allons en entamer un nouveau.

Il va falloir fermer nos comptes, prévenir l’immigration, acheter nos billets d’avion, quitter notre appartement, vendre la voiture, faire les cartons. Et faire nos adieux.
Puis il va falloir ouvrir de nouveaux comptes, se faire connaitre auprès de l’Immigration, trouver un nouvel appartement, s’acheter un abonnement de métro, ouvrir les cartons. Et se faire de nouveaux amis.


On commence à avoir l’habitude donc ça ne devrait pas poser trop de problèmes. Et puis on est deux, donc on est deux fois plus organis
és n’est-ce pas ? Enfin… je crois.

S’installer, s’habituer, repartir.
Répéter.
S’installer, s’habituer, repartir.
Répéter.

Adieu le jardin, les amis, le climat tempéré, l’Anglais, les fish’n’chips, les sweet as, l’air frais, adieu l’Océanie.
Bonjour les gratte-ciels, le climat tropical, le Malaysien, les chicken rice, le ok laaaaaa, la pollution, re-bonjour l’Asie.

Et oui, on retourne en Asie. A Singapour cette fois ci. Bien plus occidentale que Hong Kong a ce qui parait, mais certainement plus orientale que la NZ. Quoique, il y a pas mal de restos chinois ici.



J’ai essayé de ne pas trop en parler avant que tout ne soit confirmé à 100% mais j’avais trop hâte. Et puis aussi, Facebook ça pue un peu, il suffit que je m’abonne discrètement à un groupe d’expats à Singap pour commencer mes recherches d’emploi et Facebook se sent obligé d’en informer mes 350 amis.

On déménagé parce que Alistair a trouvé un nouveau travail. Dans une multinationale, ou il va participer a plein de projets de grande envergure, et où il sera probablement amené à voyager dans toute l’Asie. Beau gosse.


La Nouvelle-Zélande, c’est, il faut l’avouer, un magnifique pays, avec des paysages extraordinaires, plein de choses à faire, et surtout, de grands espaces. Les nature lovers (et les hippies) ils se kiffent trop ici.

Je m’étais donc habituée, notamment, au silence dans la rue, à devoir aller prendre la voiture pour aller acheter du jus d’orange, a la caissière du vidéo club qui te reconnait, à mes 11 autres colocs qui sont devenus nos meilleurs amis ici, aux 12 heures de décalage horaire, a l’absence d’Ikea et d’H&M (je ne vous raconte pas le choc psychologique quand je l’ai appris -, à leur accent, aux blagues sexistes des chauffeurs de taxi, aux rues que tu peux traverser les yeux fermés parce que ça va bientôt faire 3 ans que les voitures n’y passent plus, travaux post-séismes obligent, aux villes à tailles humaines, voire lilliputienne parfois.

Bref, je ne pouvais pas tomber dans un pays plus différent que HK.

J’ai donc appris à aimer la NZ et pour ceux qui me connaissent in real life vous saviez que ce n’était clairement pas gagné d’avance. Parce que ok, les montagnes, les moutons, tout ça, c’est very nice, mais y vivre c’est une autre histoire. Mais je m’y suis faite.


Par contre je ne me suis jamais faite au fait de ne recevoir aucune réponse a toutes mes candidatures, a ne trouver au final que 4 mois de petits boulots sur 10 mois de séjour, et à comprendre que si je galérais autant c’est parce que je n’étais pas anglophone. Je vous en avais déjà parlé.

J’ai eu peur du « trou » sur mon CV – que dis-je, du fossé, alors que jusqu’avant la NZ tout se passait bien pour moi, en mode business woman (junior).

C’est pour ça que j'ai demandé à Alistair de chercher ailleurs, des Juillet. Viser un pays un petit peu moins conservateur.

Il n’était pas très chaud après seulement 6 mois dans sa nouvelle boite et je peux comprendre. Mais je pensais qu’il prendrait bien plus de temps à trouver quelque chose et je nous voyais pas partis avant Mars 2014.

Et bien non. Tellement beau gosse mon mec que le 1er Septembre, il apprenait qu'il avait été choisi pour ce poste à Singapour. Le premier poste auquel il ait postulé. Choc puis champagne. 

Partir de sa boite au bout de dix mois ça le fait moyen, surtout quand on s’y plait, mais c’est l’occasion ou jamais.

Et nous voilà donc repartis. Ce sera passe très, trop vite. De toute façon c’est toujours quand tout va bien qu’on doit partir, n’est-ce pas ? Une fois que tu as pris tes habitudes, que tu t’es fait des supers amis... mais surtout une fois que tu as commencé à acheter plein de trucs pour ton appart et tu vas galérer grave pour tout faire tenir dans tes 6 cartons standard size. 

Il va falloir que je me sépare de la plupart de mes OPI et de mes collants fantaisie, faich’.
Sans parler du poisson rouge. On en fait quoi ? Obligé, sans nous il va déprimer.


Bref, J-31 pour Ali, J-38 pour moi. A l’arrivée, on aura une semaine pour trouver un appart, et moi, 3 mois pour trouver du boulot, la durée d’un visa touriste. Challenge accepted.

Et des que ce sera fait, on adoptera ENFIN un chat, qui s’appellera Billy Bob. Alistair est moyennement chaud mais je saurais le convaincre. Il me tarde de me retrouver à nouveau avec des pulls pleins de poils de chat qui rebiquent.

AH NON PARDON, à Singapour tu ne mets pas de pulls. Il fait tellement chaud que tu te ballades tout(e) nu(e).

AH NON PARDON, tu ne peux pas te balader en costume d’Ève, sinon ils te mettent en prison. Ça rigole pas la bas.

Voilà v
oilà . En attendant, si vous avez des contacts à Singapour, je suis preneuse, bien sûr. Je vous en serais infiniment reconnaissante, même. Je vous enverrai des gâteaux au durian pour vous remercier. Le durian ça pue mais c’est bon.



3 comments:

  1. Hahaha j'adore te lire !! :D Excellent article, excellente façon d'écrire, et pfiou... la NZ ça fait rêver quand meme, chanceuse! ;)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci beaucoup :)
      Oui, bien que cette aventure kiwi n'ait pas été facile pour moi tous les jours, je me rends compte que la NZ est un superbe pays et c'est vrai que je suis un peu triste a l'idée d'en partir deja !

      Delete
  2. Then on arrival at Vietnam airport, the http://greenvisa.io residents can get Vietnam visa online stamped onto their passport.

    ReplyDelete

Moi, les commentaires, j'adooore !