Tuesday, 29 October 2013

Vis ma Vie : 6 Preuves que vivre dans un appart de Liliputien, c'est trop bien !

Vous avez la vingtaine, vous êtes étudiants ou jeunes professionnels, ou vous avez un boulot, qui, concrètement, ne vous permettra JAMAIS de devenir la prochaine Liliane Bettencourt?

Vous habitez un appart qui fait la taille des toilettes chez vos parents ?

Les chambres de bonnes parisiennes, les lits au fond d’un couloir à New York ou les chambres en coloc sans fenêtres à Hong Kong, ou autres assimilées, ça vous parle?

Ne déprimez plus. De par mon expérience et d’après de nombreux témoignages, voici une liste pour vous prouver qu’en fait, habiter dans un appart de lilliputien/microscopique/a 80€ le mètre carre par mois, ça a malgré tout ses avantages.


1. MAITRISE DU BUDGET SHOPPING

Qui dit mini appart, dit mini possibilités de rangement, dit vous n’aurez jamais la place de ranger une chapka, une doudoune ou une deuxième paire de Ugg dans votre placard de 50cm2. Duquel s’échappe déjà le tuyau de l’aspirateur. Alors ok, ça fait suer parce que les Ugg c’est quand même super confortable et les doudounes ça tient chaud, mais vous économisez au moins 400€ grâce à votre penderie microscopique. 400€, c’est un week-end à Barcelone. Et à Barcelone, on n’a pas besoin ni de doudoune, ni de chapka. Et sincèrement, qui porte des chapkas ?

2. UNE VERITABLE FEE DU LOGIS
Avec un mini appart, pas trop le choix, vous aller devoir faire le ménage et la vaisselle très souvent, sinon vous risquez de vite donner l’impression qu’un missile a tête chercheuse a explosé dans votre chambre, ou qu’un tsunami de vaisselle sale vient de s’écraser dans votre évier. Jamais j’exagère. De toute façon, vous n’avez pas beaucoup de vaisselle, vu que ne pouvez pas en stocker des masses. Donc votre linge sale sera immédiatement jeté dans le panier installé à cet effet, la vaisselle sera immédiatement faite une fois cette dernière part de pizza avalée. La fée du logis, c’est vous.


3. IKEA, VOTRE RESIDENCE SECONDAIRE
En parlant de fée du logis, d’ailleurs. Vous habitez probablement une grande ville, et donc, probablement à proximité d’un Ikea. Donc vous êtes probablement devenue une spécialiste es mobilier suédois.

Outre le fait que vous connaissez exactement la longueur du mur de votre salle de bains, vous connaissez aussi par cœur le nom de toutes les étagères et les caisses de rangement disponibles chez le Suédois. Vous collectionnez les petits crayons en bois (c’est gratuit et ça peut toujours servir), les bougies chauffe-plat parfumées aux fruits des bois (c’est pas gratuit mais ça peut toujours servir) et les plantes qui mourront quelques jours plus tard. Vous connaissez également par cœur les raccourcis qui vous permettent de zapper les zones chiantes, aka rideaux et ampoules. Vous avez déjà fait la sieste au milieu du magasin sur un Fjellse, juste pour tester, hein. En fait, Ikea, vous connaissez tellement bien que l’autre jour vous vous êtes surprise à corriger un vendeur sur la prononciation d’« Ung Drill » (et vous savez de quoi vous parlez, vous en avez 3 chez vous).


4. PAS DE VISITEURS…
Lors de leur visite annuelle, vos parents seront donc en admiration devant votre chez-vous nickel-chrome -qui-sent-bon-le-Brise-Touch-vanille. «Ah si seulement ça avait pu être pareil quand tu étais ado ! », soupirera votre maman. Malheureusement, lorsque la nuit tombe, c’est avec tristesse que vous voyez vos parents partir. Eh oui, car vous n’avez pas la possibilité de les héberger, à moins que vous ne vous serriez tous les 3 dans votre lit une personne et demie. Mais bizarrement, ça vous tente moyen.

Ça vaut aussi pour la sœur du copain de votre cousine (ou autre connaissance) qui vient passer ses oraux par chez vous mais qui ne sait pas ou passer la nuit. Vous lui aurez bien propose de l’héberger mais c’est vraiment trop petit chez vous. Dommage.

Pareil pour les soirées. Malheureusement, avec ce petit appart, vous ne pourrez pas mettre en avant vos talents de d’Event Manager et organiser LA Parisian Full Moon Party dans votre appart. Mais pensez au ménage qui en résulterait… Oui, voilà…. oui… laissez donc les autres l’organiser.

5. INTIMITE MAXIMALE… OU PAS
A cote de ca par contre, les petits apparts sont un super accélérateur de relation. Combien de temps laisserez-vous passer avant d’aller aux toilettes alors que votre tout nouveau chéri se trouve dans la pièce d’à cote ? Vous pouvez toujours mettre votre réveil à 3h du mat pour y aller discrètement, pendant que lui dort, paisible, ignorant du drame intestinal qui va se produire à quelques mètres de lui. Mais je suppose que vous vous en lasserez vite. Lui aussi. Car eux aussi sont timides à ce niveau-là. Enfin, c’est ce qu’on me dit. Tout comme il faudra redoubler d’ingéniosité pour cacher de sa vue les autobronzants, serviettes périodiques méga maxi, fond de teint spécial peaux acnéiques et autres accessoires glamour qui font de vous cette bombasse… Jusqu’au jour où il hurlera de terreur en tombant sur vos extensions que vous aviez oubli
é de ranger. Bref, grâce à votre mini appart, ayez vous aussi cette impression d’être avec votre mec depuis des années alors qu’en fait, vous l’avez rencontré samedi dernier.



6. TOUT A PORTEE DE MAIN
C’est quand même THE avantage à habiter dans un espace restreint. Si vous perdez quelque chose, il n’est jamais loin. Dit la fille qui n’arrive plus à mettre la main sur ses lunettes depuis trois jours alors qu’elle habite dans un 25m2. Pour peu que vous soyez organisée, vous connaissez au millimètre près l’emplacement de chacune de vos possessions. Le couteau a beurre ? Deuxième tiroir à droite sous l’évier. Les housses d’oreiller ? La corbeille sous le lit, dans la première boite. Le PQ ? Dans le placard de… bref.

L’un des avantages principaux est donc que vous avez tout à portée de main. En train de regarder un DVD dans le salon (comprendre : le coin salon) ? Si vous vous allongez de tout votre long et que vous tendez le bras, je suis sure que vous pouvez atteindre le frigo. Et le Coca et le chocolat qui s’y trouvent.

Pareil dans la salle de bain. Quel luxe de pouvoir assise sur les toilettes tout en étant assez près du miroir pour pouvoir se maquiller en même temps, n’est-ce pas ?



Thursday, 17 October 2013

Vis ma vie : S’installer, s’habituer, repartir. Répéter.

France – Hong Kong – Nouvelle Zélande - …

Et voilà, on repart. Je ne m’attendais pas à ce que cela arrive aussi vite. Un chapitre de ma vie va bientôt se finir et je vais, nous allons en entamer un nouveau.

Il va falloir fermer nos comptes, prévenir l’immigration, acheter nos billets d’avion, quitter notre appartement, vendre la voiture, faire les cartons. Et faire nos adieux.
Puis il va falloir ouvrir de nouveaux comptes, se faire connaitre auprès de l’Immigration, trouver un nouvel appartement, s’acheter un abonnement de métro, ouvrir les cartons. Et se faire de nouveaux amis.


On commence à avoir l’habitude donc ça ne devrait pas poser trop de problèmes. Et puis on est deux, donc on est deux fois plus organis
és n’est-ce pas ? Enfin… je crois.

S’installer, s’habituer, repartir.
Répéter.
S’installer, s’habituer, repartir.
Répéter.

Adieu le jardin, les amis, le climat tempéré, l’Anglais, les fish’n’chips, les sweet as, l’air frais, adieu l’Océanie.
Bonjour les gratte-ciels, le climat tropical, le Malaysien, les chicken rice, le ok laaaaaa, la pollution, re-bonjour l’Asie.

Et oui, on retourne en Asie. A Singapour cette fois ci. Bien plus occidentale que Hong Kong a ce qui parait, mais certainement plus orientale que la NZ. Quoique, il y a pas mal de restos chinois ici.



J’ai essayé de ne pas trop en parler avant que tout ne soit confirmé à 100% mais j’avais trop hâte. Et puis aussi, Facebook ça pue un peu, il suffit que je m’abonne discrètement à un groupe d’expats à Singap pour commencer mes recherches d’emploi et Facebook se sent obligé d’en informer mes 350 amis.

On déménagé parce que Alistair a trouvé un nouveau travail. Dans une multinationale, ou il va participer a plein de projets de grande envergure, et où il sera probablement amené à voyager dans toute l’Asie. Beau gosse.


La Nouvelle-Zélande, c’est, il faut l’avouer, un magnifique pays, avec des paysages extraordinaires, plein de choses à faire, et surtout, de grands espaces. Les nature lovers (et les hippies) ils se kiffent trop ici.

Je m’étais donc habituée, notamment, au silence dans la rue, à devoir aller prendre la voiture pour aller acheter du jus d’orange, a la caissière du vidéo club qui te reconnait, à mes 11 autres colocs qui sont devenus nos meilleurs amis ici, aux 12 heures de décalage horaire, a l’absence d’Ikea et d’H&M (je ne vous raconte pas le choc psychologique quand je l’ai appris -, à leur accent, aux blagues sexistes des chauffeurs de taxi, aux rues que tu peux traverser les yeux fermés parce que ça va bientôt faire 3 ans que les voitures n’y passent plus, travaux post-séismes obligent, aux villes à tailles humaines, voire lilliputienne parfois.

Bref, je ne pouvais pas tomber dans un pays plus différent que HK.

J’ai donc appris à aimer la NZ et pour ceux qui me connaissent in real life vous saviez que ce n’était clairement pas gagné d’avance. Parce que ok, les montagnes, les moutons, tout ça, c’est very nice, mais y vivre c’est une autre histoire. Mais je m’y suis faite.


Par contre je ne me suis jamais faite au fait de ne recevoir aucune réponse a toutes mes candidatures, a ne trouver au final que 4 mois de petits boulots sur 10 mois de séjour, et à comprendre que si je galérais autant c’est parce que je n’étais pas anglophone. Je vous en avais déjà parlé.

J’ai eu peur du « trou » sur mon CV – que dis-je, du fossé, alors que jusqu’avant la NZ tout se passait bien pour moi, en mode business woman (junior).

C’est pour ça que j'ai demandé à Alistair de chercher ailleurs, des Juillet. Viser un pays un petit peu moins conservateur.

Il n’était pas très chaud après seulement 6 mois dans sa nouvelle boite et je peux comprendre. Mais je pensais qu’il prendrait bien plus de temps à trouver quelque chose et je nous voyais pas partis avant Mars 2014.

Et bien non. Tellement beau gosse mon mec que le 1er Septembre, il apprenait qu'il avait été choisi pour ce poste à Singapour. Le premier poste auquel il ait postulé. Choc puis champagne. 

Partir de sa boite au bout de dix mois ça le fait moyen, surtout quand on s’y plait, mais c’est l’occasion ou jamais.

Et nous voilà donc repartis. Ce sera passe très, trop vite. De toute façon c’est toujours quand tout va bien qu’on doit partir, n’est-ce pas ? Une fois que tu as pris tes habitudes, que tu t’es fait des supers amis... mais surtout une fois que tu as commencé à acheter plein de trucs pour ton appart et tu vas galérer grave pour tout faire tenir dans tes 6 cartons standard size. 

Il va falloir que je me sépare de la plupart de mes OPI et de mes collants fantaisie, faich’.
Sans parler du poisson rouge. On en fait quoi ? Obligé, sans nous il va déprimer.


Bref, J-31 pour Ali, J-38 pour moi. A l’arrivée, on aura une semaine pour trouver un appart, et moi, 3 mois pour trouver du boulot, la durée d’un visa touriste. Challenge accepted.

Et des que ce sera fait, on adoptera ENFIN un chat, qui s’appellera Billy Bob. Alistair est moyennement chaud mais je saurais le convaincre. Il me tarde de me retrouver à nouveau avec des pulls pleins de poils de chat qui rebiquent.

AH NON PARDON, à Singapour tu ne mets pas de pulls. Il fait tellement chaud que tu te ballades tout(e) nu(e).

AH NON PARDON, tu ne peux pas te balader en costume d’Ève, sinon ils te mettent en prison. Ça rigole pas la bas.

Voilà v
oilà . En attendant, si vous avez des contacts à Singapour, je suis preneuse, bien sûr. Je vous en serais infiniment reconnaissante, même. Je vous enverrai des gâteaux au durian pour vous remercier. Le durian ça pue mais c’est bon.



Tuesday, 1 October 2013

Vis ma vie : Le jour où j’ai arrêté de manger des animaux (ou presque)

Aujourd’hui, ça fait un mois que je suis végétarienne

On m’aurait dit il y a six mois que j’aurais été capable de tenir aussi longtemps sans barbak, j’aurais rigolé.

HAHAHAHA. T’es gentille Brigitte, mais plus sérieusement, comment je suis sens
ée me passer de mes œufs bénédicte et leur supplément bacon le dimanche ?

Et comment je pourrais me passer du steak hache de mon Whooper le jeudi ?
Et de ma pizza au prosciutto le mardi ?

... Remarquez, au passage, cette diététique sans faille.


YUM
Et puis les humains sont omnivores, ils mangent de la viande, c’est comme ça. Tout comme les bébés lapins se font manger par les renards, c’est triste mais c’est comme ça.

Et puis un jour, après un weekend end au ski avec des amis ou on avait TROP mang
é, surtout trop de viande, le Boy-friend et moi on décidé de se faire une semaine végétarienne, histoire de retrouver notre ligne et «rattraper » par des légumes cette overdose de poulet parmigiana, burger, ribs, tout ça...

Je commence donc à chercher des recettes végétariennes.

Et au fil de mes recherches, je tombe sur des vidéos de gens qui expliquent pourquoi ils sont devenus végétariens.

Et je réfléchis.

Ma petite sœur est végétarienne depuis plus de cinq ans. Ce n’était pas une manie d’adolescente comme on l’a tous cru au début. 


Et elle n’a pas l’air d’être :
a. malheureuse
b. malade
c. anorexique
d. en train de danser à poil dans le jardin pour célébrer une divinité obscure. 
Rayer la mention inutile relative aux clichés végétariens.

Ma coloc à Hong Kong était végétarienne, ma copine Marie, trois de mes colocs ici le sont aussi, et idem. Elles semblent NORMALES.

Et puis en plus, quand j’y pense, je n’aime pas m’asseoir sur du cuir, j’en porte pas, et l’idée de porter une écharpe en poils de renard me fait pas vraiment tressaillir. Toucher et sentir de la viande froide me dégoute, je trouve le principe du Bird in a Bird in a Bird aberrant - une dinde fourr
ée au poulet fourré à la caille. 

Devenir végétarienne serait donc… la suite logique ?

// MA BOUFFE
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les végétariens ne se nourrissent pas de graines, de tofu et de racines. Non. Je peux manger normalement.


MIAM !! ...
Pour commencer, j’ai décidé d’être peso végétarienne, c’est-à-dire que je garde le poisson dans mon alimentation. Je ne me sens pas, pour l’instant, de le supprimer. J’y vais petit à petit. Sushi, notre poisson rouge, fait la gueule, mais bon.

Je ne compte pas devenir végétalienne, donc je garderai les produits venant des animaux tels qu’œufs et laitages.

Il faut simplement que je trouve une autre source de protéines. Et en fait c’est plutôt simple : des œufs, du poisson, du soja, des céréales ou des noix, des laitages...

Et c’est aussi une des raisons majeures qui m’a fait basculer végétarienne. Pourquoi manger des animaux pour mes protéines quand je peux remplacer la viande par plein d’autres choses ?

Pas de changements physiques depuis que j’ai commencé ce régime. Probablement car être végétarienne ne m’empêche pas de manger des frites, des chips, des pizzas, des gâteaux, des glaces, la base quoi.

//MAIS JE VEUX UN STEAAAAAAK...
Je n’ai pas d’envies comme quand on est au régime et qu’on vendrait un rein pour une tablette de chocolat Cadbury à la noix de coco. Rien que d’y penser, d’ailleurs, je… je… bougez pas, je reviens.

Non, la, c’est bien moins frustrant. Bien sûr quand je vois Alistair se faire un Burger King, avec extra bacon le coquin, ça ne me laisse pas indifférente, mais ça passe vite.


cat in space !!
//PAS ENCORE CONVAINCU(E) ?
Han les végétariens c’est des chochottes, ils n’aiment pas qu’on tue les petits nanimaux, mouarf !

Ouais, bah si vous avez le cœur bien accroch
é, je vous invite à faire connaissance avec votre steak via la vidéo Meet your Meat. 

On les mange, c'est bien la moindre des choses de s'interesser à leur parcours jusque notre assiette, non ?



Vous pouvez aussi regarder Earthlings, super int
éressant, mais dur, narré par Joaquin Phoenix hiiiiiii, avec sous-titres en FR, ou encore cette vidéo sur Charal, qui a eu quelques ennuis avec la justice dernièrement car pas aux normes... paraitrait que les animaux étaient toujours conscients lorsque decoupés... Sympa.

Saviez-vous que près d’1,000,000,000 d’animaux sont tués dans les abattoirs chaque année en France ? Bon, cela ne prend pas en compte ceux qui meurent d
éja dans les transports, etouffés ou ecrasés.

Ces vidéos m’auront confort
é dans cette décision, ainsi que les nombreux avantages sur la santé à devenir végétarienne et la lecture de nombreux articles sur les conséquences de l’élevage intensif (lire ici ou ici, regarder la) - à savoir le début d'un véritable désastre écologique.

A bientôt ! Peace et petits agneaux !