Tuesday, 28 May 2013

Vis ma vie : Depuis que je bosse...

Salut !

Le 17 Avril, quand la personne qui s’occupe de moi dans une de mes agences de recrutement m’a annoncé qu’elle avait enfin du boulot pour moi, et que je commencerai dans deux jours, deux choses me sont venues à l’esprit :

1.$$$$
2. Les grasses mat’… c’est donc FINI ??

Oui, pas très business oriented, c’est vrai. Mais soyons honnêtes, est-ce que ce ne sont pas les premières choses auxquelles on pense tous après une période de chômage de quelque mois ?
Mise à part les sous et l’absence nouvelle de grasses mats, pas mal d’autres choses ont changé depuis que je travaille…

Mon lit me MAAANQUE
// MONEY HONEY
Déjà, L’INDEPENDANCE. Je n’ai plus à justifier tous mes achats à Alistair, et je ne me fais plus entretenir. Et oui, comme je m'en doutais, être nourrie logée aux frais du Prince ce n’est pas hyper kiffant en fait. Tu te sens obligée de justifier tous tes achats effectués avec le compte commun -enfin «commun» est un bien grand mot en ces circonstances. Chéri, je vais acheter six œufs, peux-tu me confirmer ton accord par retour de texto ?

Bien sûr, Alistair est un gentleman donc il m’a assuré que ça ne le dérangeait pas – après tout c’est à cause de grâce à lui si je suis en Nouvelle-Zelande en ce moment-, mais je me sentais quand même redevable. Ceci explique surement pourquoi chaque matin je me levais en même temps que lui pour lui faire son thé… Ce que je ne fais plus maintenant, bien sûr.



// FEE DU LOGIS
Dans un précédent article, Vis ma vie de chômeuse, si vous ne l’avez pas encore lu (pardon ??), j’expliquais que je pouvais passer une heure par jour à m’occuper de mon « foyer ». Parce que j’avais le temps, et bon, aussi, les apparts en bordels, ça va un moment. Genre quand tu es étudiante. Après, ça fait pas très sérieux. Tout ça pour dire que depuis que je bosse, ce n'est plus franchement nickel chrome. Le dimanche, on nettoie tout à fond, et on se promet qu’on en fera un peu tous les jours pour pas se laisser déborder. Mais oui c'est celaaa. Vous connaissez la théorie de la vitre brisée ? C’est pareil chez nous. La théorie de la chaussette qui traine quoi. L’un de nous oublie de ranger un truc, et c’est fini. Le lendemain, c'est une avalanche de linge pas repass
é, un tsunami de vaisselle sale...



// C'EST LE WEEK-END 
Avant quand je ne bossais pas, j’avais trop hâte d’être en weekend end pour faire pleins de trucs avec mon Alistair, histoire de changer de mes semaines un peu monotones et solitaires. Vignobles aux environs, ballades, salons des animaux de compagnie (oui et alors ?)
Maintenant, j’ai hâte d’être en weekend end pour… rien faire. On vient de s’acheter une voiture mais mise à part aller au boulot avec, on ne l’a pas encore vraiment utilisée.
Pourtant, il y a plein de trucs à faire en Nouvelle-Zélande. On a des sources d’eau chaude à deux heures de chez nous, on s’imagine déjà dans notre sauna privé, sous la neige (oui il neige en NZ) avec coupe de champagne à la main. Il y a aussi une usine Cadbury qui se visite, a environ 4h de route. Et pour que j’aie la flemme d’aller visiter une chocolaterie, c’est qu’il doit vraiment y avoir un problème.



// PLANS SUR LA COMETE
Fidèle a moi-même quoi. J’en avais déjà parlé ici ; à HK j’étais fauchée quasiment en permanence car je planifiais des voyages tous les mois. Et bien ici, c’est pareil. Quand j’étais au chômage, je réfléchissais déjà à tout ce que je ferai une fois que j’aurais un salaire. Ça m’occupait l’esprit et ça me donnait de l’espoir (pleurez avec moi). Maintenant que suis salariée, je mets mes plans en action. 

En à peine deux mois, je me suis inscrite à la gym, je prends des cours d’espagnol, je pars a Sydney pour un weekend end de trois jours, on a acheté une voiture (à crédit je précise), j’ai un appareil photo digne de ce nom, on réfléchit a nos vacances de Noel. Ok, va falloir que je me calme.
Bref, vous l’avez compris, l’argent me brule les doigts. Alistair tente de me raisonner "penses aux études de nos futurs enfants" mais la plupart du temps j’arrive à l’embarquer dans ma folie dépensière. MOUHAHAHA.



// PLUS SI COQUETTE
Avant, j’avais le temps – et je m’ennuyais assez- pour me vernir les ongles tous les jours ou presque. Je m’appliquais, j’expérimentais. Maintenant je ne le fais « plus que » une fois par semaine. Mes ongles s’ennuient, mais en même temps ils doivent être contents d’avoir échappé à ce genre de choses.



// JE NE REGARDE PLUS LA TELE
Pareil que les ongles. Je regardais la télé 3 ou 4 heures par jour. Je ne ratais pas un Doctor Phil, je commençais à me rappeler du nom des concurrents de The Biggest Loser (Oui, ce jeu télé avec des gens qui jouent pour perdre du poids. Oui, je devais vraiment m’ennuyer). Bizarrement je pensais que ça allait me manquer, je pensais déjà à tout enregistrer pour ne pas en rater un… et finalement,ça va. De toutes façons, entre la gym et l’espagnol, je ne passe plus beaucoup de temps dans le salon après le boulot. Et je comprends Alistair qui s’endort devant la télé le soir, je fais pareil. Salut, on a 26 ans et on s’endort devant la télé comme des papis mamies. MAIS QU’EST-CE QUE LA NOUVELLE ZELANDE A FAIT DE MOI ????

// ET MON BLOG ?
Vous l'aurez surement remarque, depuis que je bosse je n'ecris plus autant non plus. Je ne me suis pas lassee de mon blog, au contraire. Des que j'ai une petite pause au boulot je refléchis a mes prochains articles. 

Vue de mon bureau
Le prochain concernera surement le travail en Nouvelle-Zélande justement. En tous cas, vous continuez de me lire et ca, ca fait plaisir. Vous etes plutot timides niveau commentaires, mais je vous pardonne.
En attendant, vous m'excuserez, il est 21h heures passées, c'est pas tout ca mais il y en a qui bossent demain.

A bientot
Lucile


Saturday, 18 May 2013

Voyage Voyage : 72 heures à Tokyo

Avant de commencer, je tiens à vous préciser que j’ai écrit cet article tout en mangeant des sushis. 
Et en whatsappant Emeric, mon pote qui vit à Tokyo et même que je suis jalouse. 
Soirée 100% Japon donc. 

こんにちは !!


En Mars 2012, après plus d’un an de fréquentation, le British et moi nous sommes décidés à partir en vacances ensemble. Oui, on peut dire qu’on y va doucement.

A la base, on comptait aller en Chine, par exemple 
à Canton, c’est joli à ce qu’on m’a dit, et puis c’est seulement à 2 heures de route de HK, et comme ça si jamais on se prend la tête, en deux temps trois mouvements on peut être de retour chacun chez soi. Oui, on peut dire qu’on était optimistes.

Et puis au final, en faisant quelques recherches à droite à gauche, on a vu Tokyo. A 500 euros par personne pour 3 jours, avion et hôtel 4 étoiles. Pas trop cher, et 3 jours, on sait que ça va passer très vite et qu’on n’aura pas intérêt à être mou du genou... Mais c’est TOKYO. 

Et puis, au final, quand t’habites dans cette partie du monde et que t’as 15 jours de vacances par an, t’essaies toujours d’en faire un maximum avec un minimum de temps et d’argent. 
Et a la reflexion je crois qu’en deux ans et demi, je me suis pas trop mal débrouillée, rappelez-vous. Et donc bref, on saute sur les derniers billets dispos.

Départ de HK à 1 heure du mat, arrivée à Tokyo Narita à 6h du mat. Frais.
On n’a pas chômé pendant les 3 jours. Levés à 8h et de retour à 21h à l’hôtel. 


En 72 heures donc, on a fait pas mal de parcs, avec leurs pelouses encore abîmées de l’hiver et leur cerisiers presque en fleurs, des temples, on a raté le fameux march
é aux poissons de Tsukiji car on y est arrivés à 4h45 du matin et que les visites s’arrêtaient à 4h30 (et la tu rages - puis tu retournes te coucher), on a passé plusieurs heures dans une sorte de food court/supermarché, dans lequel on a acheté une sauce noire un peu bizarre, qu’au final on a toujours pas mangé mais que j’ai quand même emportée en NZ, on a abimé nos yeux sous les néons des quartiers de Shinjuku, on s’est balladés dans le quartier chic de Ginza, on a j’ai fait du shopping trop kawai, comme mes chaussettes Minnie, on a vécu la minute de silence pour « l’anniversaire » du tsunami du 11 Mars 2011, Alistair m’a invitée au New-York Bar, un bar qui surplombe la ville, ce même bar ou les deux personnages de Lost in Translation se rencontrent.

Vue du New Yok Bar - Et je pense que quand Alistair a reçu l’addition de 100 euros pour deux verres de vin et des frites, il a dû regretter de m’avoir invitée...
SensoJi Temple
Tokyo Tower



Senso Ji Temple

Les fameuses chaussettes Minnie et la sauce italo-japonaise noire aux ingredients non-identifies
Ce qui nous a marqué, en seulement trois jours, c’est que Tokyo n’est pas aussi démesuré que nous le pensions. Je veux dire, tout Européen doit avoir en tête une ville qui ne dort jamais, surpeuplée, à la pointe de la technologie, pas de verdure, des filles habillées en lolita à chaque coin de rue, des excentricités omniprésentes, des geishas (même si on savait que c’était très rare), de la nourriture bizarre.

Et bien non. Soit c’est parce que ON NOUS MENT, soit c'est parce que on venait de Hong Kong ou là pour le coup c’est surpeuplé, presque sans verdure, et à la pointe de la technologie.

Le métro de Tokyo n’est pas hyper high tech. On a pas vu de pousseurs – certes on ne prenait pas le métro aux horaires de pointes. Tous les Japonais ont un téléphone portable bien sûr, mais ce ne sont pas des smartphones, 
à la différence de HK ou concrètement, si tu n’as ni IPhone 5 ni Samsung S3, tu n’existes pas. 


On n’a pas vu de lolita, a l’exception d'une vendeuse dans une boutique de fringues, ni de mecs déguisés en Pikachu ou en Sangoku. Les parcs nous ont parus immenses… et paisibles, et on n’a pas été choqués outre-mesure par le carrefour de Shibuya, encore une fois, je pense que c’est parce qu’on venait de HK. Et on a vraiment bien mangé. Pour tout dire, je ne me rappelle plus exactement ce que c’était mais on a kiffé. On se souvient surtout du gout… 
Bar a chat. JE KIFFE JE KIFFE JE KIFFE



La colline de Shinjuku et ses love hotels...
Carrefour de Shibuya
Sakura - la saison des cerisiers en fleur





Par contre, on a bien retrouv
é à l’hôtel les toilettes « fantaisistes », spécialité japonaise… Et les règles de sécurité à respecter en cas de tremblements de terre. A cette époque, on ne se doutait pas qu’un an plus tard, ces règles, on les connaitrait par cœur !!


Robe de chambre fournie par l'hotel !! 

Bref, on a ador
é. Tokyo est sur la liste des villes dans lesquelles on aimerait habiter... Y’a plus qu’à se mettre au Japonais… また近いうちに !!

Si vous également vous avez envie de partir à la rencontre du pays du soleil levant, vous pouvez opter pour l'un des voyages au Japon proposés par le tour opérateur spécialiste du voyage sur mesure MarcoVasco qui vous fera découvrir le monde nippon comme vous l'avez toujours rêvé.

Tuesday, 14 May 2013

Vis ma vie : Mon amour du sport

Bon, alors, déjà, pour vous dire, la gym et moi, ou de manière générale, le sport et moi, c’est une vraie histoire d’amour.
NON JE PLAISAAANTE !!

J’ai eu 8 en Sport au bac. J’ai fait de l’aïkido (je suis quand même allée jusqu’à la ceinture orange…) et de la natation en pre-competition… il y a peu près 15 ans.

Ça nous rajeunit pas.

Bref, tout ça pour dire que, une fois installée a HK, j’ai eu l’impression que, pour être un expat cool, il fallait être abonné a une salle de sport. Donc je me suis abonnée, moi aussi. #mouton. 

Un truc très classe, à 50 euros par mois, avec piscine, bar a jus de fruits, prêt de DVD, sauna et tout et tout. Bref, je ne sais pas si ça m’a trop impressionnée ou si j’étais juste très flemmarde, mais une fois inscrite, j’y suis allée deux fois. En six mois. Donc quand mon collègue m’a dit qu’il comptait s’inscrire dans une gym, je n’ai pas hésité longtemps avant de lui proposer de racheter mon abonnement. Je ne sais plus s’il a utilisé aussi peu que moi… C’est difficile de faire moins vous me direz.

Et puis un an plus tard, quand mon boulot a commencé à être vraiment stressant et qu’on pouvait deviner à mon tour de taille que j’avais un Mac Do en bas de chez moi, je me suis réinscrite a la gym.  

Une gym un peu moins classe que la première, mais classe quand même (de manière générale toutes les gym a HK sont rutilantes), et surtout j’avais 6 copines qui y étaient déjà inscrites. J’ai commencé à aller à toutes sortes de cours avec elles (body combat, zumba, pilates, aerobics…), puis toute seule aussi, et je me suis même surprise à utiliser les machines alors qu’avant je trouvais ça chiant et un peu “kékos”.

Et au final, une fois que j’ai démissionné, j’y suis allée presque tous les jours. La gym en fait, c’est un peu comme prendre sa douche le matin en hiver : t’as vraiment pas envie d’y aller, mais une fois que tu y es, tu te dis que t’as bien fait, et une fois que tu en es sortie, tu en ressens les bénéfices. Et, comme pour la douche, si tu n’y vas plus pendant quelques jours, ça te manque un petit peu.

Bref, tout ça pour dire, qu’une fois arrive à Christchurch, j’avais plutôt hâte de reprendre la gym. J’attendais juste de trouver du boulot. Ce qui est fait, j’ai un boulot ! Et je me suis donc remise au sport depuis trois semaines. J’ai jeté mon dévolu sur une gym 100% filles à 10 min à pieds de mon boulot. Je me connais, si c’était trop loin je serais démotivée d’office.

Le fait que ce soit 100% filles ce n’est pas plus mal même si ça n’a pas était un critère de choix.
Je vais payer 10euros de plus par mois que ce que je payais à HK, et les locaux sont beaucoup moins fancy. Mais comme je disais avant c’est difficile de faire plus classe que HK.


//MOTIVATION MOTIVATION
A HK tu as des miroirs, des vitres partout (j’ai manqué à plusieurs reprises de m’en prendre une), des photos de 3 mètres de haut de HongKongais au physique parfait dans des tenues de gym limite futuristes, des comptoirs en alu brossé, des écrans qui diffusent des clips de gens qui se « surpassent », des vingtaines de machines qui s’étalent devant tes yeux… 

L'entree de ma gym a HK
A Christchurch, tu as des dessins à la main des instructrices, des coupures de presse sur les bienfaits des protéines, des murs blancs, et pas mal de notices “ne pas oublier votre serviette de toilette”, “pensez à nettoyer vos chaussures avant d’entrer”, (ce qui change du « Merci de ne pas utiliser les sèche-cheveux pour sécher vos poils pubiens» d’HK – véridique), 4 ou 5 machines ici et là, dont une qui ne fonctionne plus, et avec un tableau derrière chacune d’entre elle pour que tu indiques l’heure à laquelle tu souhaites l’utiliser. 
L'entree de ma gym a Christchurch
Au niveau musique, à HK ils te passaient les derniers tubes, très fort, soit pour te motiver, soit pour te rendre sourd. À Christchurch, ils ne passent rien. Tu n’as pas intérêt à oublier ton lecteur MP3. A Hong-Kong, devant les machines, ils ont installé des télés, qui passaient au choix de la f1 ou des shows de cuisine si je me rappelle bien. A Christchurch, ils te laissent à disposition des magazines, dans lesquels tu apprends en exclusivité que Jennifer Aniston et Brad Pitt divorcent. 


//LES PROFS
Je pourrais jamais être prof de gym, ils ont toujours la pèche et le sourire, limite ils te donnent envie de transpirer comme un bœuf dans cet espace restreint avec 20 autres inconnus. Ce que j’ai remarqué par contre, c’est autant les profs a HK étaient super minces, pas un pet de gras, autant ici les employées ont un physique plus… normal, moins complexant. Je me rappelle d'une prof a HK, qui en plein cours avait relevé son tee shirt et nous avait montré ses abdos en criant : « c’est ça que vous voulez hein ?? Avouez-le ! Mouhahahah ». Un peu flippant. A contrario, ma prof de zumba ici est un peu enrobée, et un peu moins folle.


//CHEEEEER
A HK, ce qui est un peu soulant et dont tu te rends compte rapidement, c’est que tu vas payer. Pour tout. Et cher. Tu veux apprendre à te servir parfaitement de cette machine ? Tu payes. Ton abonnement se finit en Janvier ? Des Juillet on commencera à te harceler pour que tu le renouvelles. Tu as oublie ton cadenas ? On t’en vendra un pour la modique somme de 8354 HKD. Bref, tu raques.

Alors ici, quand une des instructrices m’a proposé de faire une heure en tète a tête pour me montrer des exercices spéciaux pour XXXX mon XXXX -je suis pudique-, ma première réaction : c’est combien ? Quand elle m’a répondu que c’était gratuit, j’ai cru que c’était Noel. Ce que j’ai aussi bien aimé, lors de mon premier rendez- vous, c’est qu’elle m’a pesée et pris mes mesures, et je la revois dans 8 semaines pour voir mon évolution. Je pense que je ne vais pas me peser/me mesurer pendant les 8 semaines, juste histoire d’avoir la surprise… WAOUH mais dis donc j’ai quand même perdu 20 grammes en 2 mois, HIGH FIVE !! 
Gisele Bundchen n'a qu'a bien se tenir.
PS : J'etudierai avec attention toutes vos offres de postes dans le graphic design.

//COURS & HORAIRES
A HK, la gym était ouverte tous les jours de 6 heures du mat à minuit si je me rappelle bien. Ici, elle ouvre aussi à 6h, mais ferme à 19h, t’as pas intérêt à trainer après le boulot. Et le dimanche ca ferme à 14h, tu es donc priée d’avoir une vie en dehors de la gym. Par contre, soit pas choquée si on te propose un rendez-vous tôt le matin. Très tôt le matin. Quand elle m’a proposé 6h un samedi pour mon premier rendez-vous, j’ai rigolé. Et quand j’ai compris qu’elle était sérieuse, je n'ai plus rigol
é. J’ai préfèré prendre un rendez-vous un mois plus tard, en soirée, plutôt que de me lever a 5 heures un samedi pour aller souffrir. 


Bon de toutes façons, si je vais a la gym, c’est pour me sculpter un corps de déesse me remettre en forme, et a ce qui parait, le plus important dans ce cas c’est le mental et non pas les infrastructures. Et pour l’instant, le mental, je l’ai ! OK, on s’en reparle dans quelques semaines quand il fera -10.

A bientot, j'ai une tablette de Cadbury qui m'attend.

Lucile

Thursday, 9 May 2013

Vis ma vie : Vivre avec une Francaise

Quand j’ai écrit l’article « vivre avec un british », avant de le publier, je l’avais traduit à Alistair.
Il ne savait pas s’il devait rire ou être vexe ou être fier. Mais il a eu l’idée de faire de même et d’exposer à la Terre entière (oui j’ai déjà 6 milliards de vue sur mon blog (non je rêve)) l’horreur  le bonheur  que c’est de vivre avec une Grenouille. Ma copine Tatiana, de HK, l’a aussi inspiré avec quelques autres idées, car elle aussi a la joie de partager sa vie avec un British. Pardon, un Gallois. Merci Tat :)

Je vous ai fait la traduction (mes 5 ans de LEA n'auront pas servi à rien!) et laisse la version en VO for my non-French speaking friends :)

When I wrote the article « living with a British man », I translated it for Alistair before I published it. He wasn’t sure whether to laugh, be offended, or proud of it; however he had the idea to do the same and show the whole world (yup, I already have about 6 billion views on my blog) how amazing it is to live with a French girl. My friend Tatiana from HK kindly gave him some extra inspiration as she shares her life with an Englishman as well – sorry, a Welshman. Thanks Tat :)
Here’s the translation! 



~~~~~~~~~

Je vis depuis mi-Novembre avec une Grenouille et j’ai pu remarquer avec plaisir certains aspects récurrents… 


// LA GRENOUILLE AIME LE FROMAGE... ELLE ADOOOORE LE FROMAGE 

Quand on fait les courses, elle nous OBLIGE à acheter du fromage. De toutes les sortes. Des toastinettes, du parmesan, du camembert, de la feta, du moisi (ça s’appelle du bleu dit-elle). Bonjour le cholestérol. Elle trouve toujours le moyen de les cuisiner, mais au final on sait tous les deux qu’elle finira par en manger les ¾ toute seule. Bonjour le cholestérol. Ceci dit, elle m’a fait gouter de la véritable mozzarella l’autre jour, les petites boules qui baignent dans l’eau blanche la, et j’avoue que c’est pas mal. Faut juste pas que je pense au fait que c’est fait à partir de lait de buffle. Urk.

Since mid-November, I have lived with a French girl (Froggie) and I have noticed a few traits…


// FROGGIE LIKES CHEESE... NO. SHE LOOOOVES CHEESE
When we go grocery shopping, she FORCES us to buy cheese. Any kind of cheese. American sliced cheese, parmesan, camembert, feta, mouldy (she says it’s called bleu). She always finds a way to have them in our cooking, but in the end, we both really know she’ll end up eating the majority of it. This said she made me taste some mozzarella the other day, you know, those little balls bathing in some kind of white water and I have to say it wasn’t too bad. I just have to try and not think that it is made of buffalo milk. Bleh.




// LA GRENOUILLE PORTE TOUJOURS UN FOULARD. OU UNE ECHARPE. UN TRUC AUTOUR DU COU QUOI.

Elle en a plein dans l’armoire, au moins 10, avec des motifs différents, et elle les porte tout le temps. Même pour aller faire du paintball. On ne peut pas faire plus Français hein ?
Lucile : Mais c'est la MOOODE.

// FROGGIE ALWAYS WEARS A NANNY SCARF. OR WHATEVER THAT IS.
Or a foulard. Something around her neck. She has like ten of them in the cupboard, all of them with different designs and colours, and she always wears one. Even when we go paintballing. Can you be anymore French?
Lucile : you just don’t understand what fashion is. 






// LA GRENOUILLE NE COMPREND RIEN A L'HUMOUR ANGLAIS
Elle s’offusque quand je chante les chansons typiques anglaises. Elle les trouve vulgaires. Moi je trouve que « paie tes miches pour les beaux gosses », c’est plutôt rigolo. D’après ce qu’elle dit, on a beaucoup de gros mots, bien plus qu’en Français, d’ailleurs il y a plein de mots de ce genre en anglais qu’elle ne sait pas traduire en Français. Enfin ça c’est ce qu’elle dit. A moins que vous ne soyez vraiment très prudes, je suis sûr que vous avez en Français des équivalents pour dingleberry, upperdecker, motorboating. Demandez lui ce que ca veut dire si vous ne savez pas, elle vous expliquera avec plaisir. De toutes façons, en Anglais, on dit « excusez  mon Français » quand on est vulgaire, alors arrête de jouer ta prude la grenouille.
Lucile : NON je ne vous expliquerais pas.

// FROGGIE DOESN'T GET ENGLISH HUMOUR
She’s shocked when I sing the typical UK songs. She finds them vulgar, but I find “get your tits out for the lads” romantic. From what she says we British have more rude words than the French. Actually, it seems like we have plenty of words that the French don’t have, or at least that what she says. I am sure you have words for upperdecker, dingleberry or motorboating. Ask her what those words mean, she’ll be happy to explain. Anyway, in English when we are rude we say “excuse my French” so stop being so prude Froggie.
Lucile : I will NOT translate the above words. 



Non, motorboating, c'est pas tout a fait ca.

// LA GRENOUILLE N'AIME PAS LE FAIT QUE JE NE PARLE PAS FRANCAIS
Du moins, j’essaie, mais je ne suis pas tout à fait bilingue. Je sais dire les basiques : ou sont mes lunettes, pousse toi, ferme la porte, fais-moi un thé. Des fois j’essaie de parler et soit elle se moque de moi, soit elle dit que je suis trop mignon, pas très encourageant. Sa mère et elle font pression pour que je prenne des cours. Même ma mère s’y est mise. Pourquoi faire ? Tout le monde parle anglais !

// FROGGIE DOESN'T LIKE ME NOT SPEAKING FRENCH
I am trying, but I am not bilingual yet. I know the basics. ou sont mes lunettes, pousse toi, ferme la porte, fais moi un the. Sometimes I try to speak French and she either laughs or says I’m so cute, so that’s not very encouraging. She and her mum put pressure on me to take French classes and now even my own mum thinks it’s a good idea. What for ? Everyone speaks English ! 





// LA GRENOUILLE AIME LE VIN

Enfin du moins c’est le stéréotype français, je sais que la mienne aime pas la bière (elle a tort), après, en vins, elle sait faire la différence entre du vin rouge et du vin blanc, c’est déjà ça ? Quoiqu’elle avait l’air super intéressée pendant notre tour des vignobles néo-zélandais. Sinon, est ce que les grenouilles sont sensées aimer les Jagerbombs ? Pour le coup elle ne jure que par ça en soirée.

// FROGGIE LIKES HER WINE
Or so I heard. At least I know mine isn’t too keen on beer (she should be!). When it comes to wines she knows how to differentiate white from red, I think that’s pretty much it. This said she seemed quite into it when we had the kiwi vineyards tour. Are frogs into Jagerbomb though? She’s all about Jagerbomb when she’s at a party, that’s for sure. 





// LA GRENOUILLE NE SAIT PAS CONDUIRE

Elle a eu son permis au bout de cinq fois. Elle panique quand elle conduit, et moi aussi. Et on vient d’acheter une nouvelle voiture, donc je crois que je vais juste l’interdire de conduire pour éviter les rayures. Je plaisante belle-maman.
Lucile : En Nouvelle-Zélande, le volant est à droite et la route aussi. Ca suffit pour paniquer, tout le monde paniquerait à ma place, OK ???

// FROGGIE DOESN'T KNOW HOW TO DRIVE
She got her driving licence after 5 attempts. She tends to panic when she is driving, and so do I. We just bought a new car so I might just ask her NOT to drive it so that we don’t get scratches.
Lucile: In New-Zealand, the wheel is on the right and so is the road. That’s more than enough to start panicking, anyone would panic in my shoes, OK . 





// LA GRENOUILLE EST TOUJOURS EN RETARD

Au début ça surprend mais au final on s’y fait. Tu lui dis 19h30 mais tu sais que tu partiras de chez toi à 19h30, heure à laquelle elle commencera peut être à se préparer à se préparer à sortir de chez elle. D’ailleurs je sais qu’à son diner d’adieu à HK elle s’est pointée avec trente minutes de retard.

// FROGGIE IS ALWAYS LATE
At first it was surprising but eventually you get used to it. You tell her 7:30, but you can actually leave yours at 7:30 because you know that at 7:30 she will be actually getting ready to get ready to leave her place. She was over 30 minutes late at her own farewell dinner in Hong-Kong.





// LA GRENOUILLE EST CHAUVINE
A ce qui parait, les Français sont chauvins aussi mais Lucile n’a pas l’air spécialement pressée de rentrer en France. D’ailleurs on va voir les All Blacks vs France le mois prochain et elle hésite toujours entre venir en bleu blanc rouge ou en noir. Elle est juste chauvine au niveau de la bouffe, d’après elle rien ne pourra jamais remplacer de bonnes tomates farcies ou une quiche.

// FROGGY IS CHAUVINISTIC
I’ve heard that the French are chauvinistic (that’s actually a French word!!), but, to be honest, Lucile doesn’t really seem too keen on going back to France. We’re going to go see All Blacks vs. France next month and she’s not even sure whether to dress in blue white and red or just black. Really, the only thing she’s chauvinistic about is food I guess as according to her nothing beats stuffed tomatoes, or so she says.




Au revoir