Thursday, 3 November 2016

Taj Mahal Express


Ma boss : Lucile, aurais-tu besoin d’un nouveau training sur ton software ? La responsable régionale propose d’organiser un mini-stage dans leurs bureaux en Inde et je pensais que…
Moi : OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!

Et me voilà, une semaine plus tard, en route pour Gurgaon, l’équivalent de La Défense en Inde. Une chose que je veux bien admettre sur mon boulot, c’est qu’ils ne sont pas pingres en matière de business trips. En l’espace de deux ans, ils m’ont envoyée deux fois à Bangkok, une fois à Hong Kong, une fois en Italie et là, ils m'envoient en Inde... peut-etre essaient t'ils de se débarrasser de moi ?

En bonne profiteuse que je suis, j’y accole systématiquement un ou deux jours de congés pour pouvoir visiter les alentours.

La, l’occasion était trop belle pour ne pas prolonger de quelques jours, faire un petit détour par le Taj Mahal. Il m’en a peu fallu pour convaincre Alistair de me rejoindre, après avoir un peu raqué pour un vol dernière minute, mais bon, le Taj Mahal et New Delhi prenaient beaucoup de place dans notre liste envie voyages, surtout après avoir visité Chennai et ses environs l’an dernier.

Chennai 2014
Anyways. Un mercredi d’Avril (ouais, j’écris cet article 7 mois plus tard, no comment), me voici dans l’avion en direction de New Delhi, seule. J’y arrive à 1h du mat, ou je suis récupérée par un taxi de l’hôtel. S’en suivent 3 jours de training intense sur notre logiciel CRM, accompagnée de mes homologues vietnamien, coréen et malais. Nos collègues indiennes sont ravies de nous accueillir dans leur pays et nous font visiter Gurgaon, qui est en fait une banlieue de New-Delhi ou se trouvent tous les sièges des multinationales – pas trop l’image que l’on se fait de l’Inde.

Le vendredi soir, alors que le training vient de se finir, je retourne sur Delhi, ou Alistair m’attend à l'hôtel qu’on avait réservé. N’étant pas rassurée et ayant entendu des histoires d’horreur sur les taxis indiens ou les filles seules, je me demande si il ne vaudrait mieux pas que je l’envoie venir me récupérer au bureau, mais mes collègues locales m’assurent que ça ne craint pas.

Il est vrai que je suis arrivée en une pièce. Certes, il m’aura fallu près de 3h pour parcourir 40km, mais je suis en une pièce. Arrivée dans notre hôtel colonial, on ne fait pas long feu – le lendemain un guide vient nous chercher à 5h du matin pour nous amener, entre autres, au Taj Mahal sur la journée. Au Taj Mahal !!

Quelques heures plus tard, pas très réveillés,  on est en direction de la gare. C’est là qu’on voit un peu mieux l’Inde dont on entend parler, avec ses vendeurs de rue qui s’installent, ses dames en sari multicolores, ses temples hindus, mais aussi ses bâtiments qui s’effritent, ses rues poussiéreuses, et surtout, ses sans-abris qui dorment partout, au bord de la route, sous les ponts, partout.

On arrive à la gare, ou dorment par terre des familles entières. Le chauffeur nous jette dans notre wagon dans un train brinquebalant, et c’est parti pour deux heures ! On est en seconde classe et on a même droit à un petit déjeuner, s’il vous plait. Les paysages et la vie défilent sous nos fenêtres, des dames qui étendent leur linge, des enfants qui jouent, mais aussi beaucoup de gens qui font leur besoins a l’air, au cacalme si je peux me permettre. Je me rappelle de la “pub” bizarre qui passait sur la télé quand j’attendais mon sac au carrousel a l’aéroport : 50% de la population indienne n’a pas accès a des toilettes.


Notre hotel, le Maiden



Arrivés à Agra, nous sommes récupérés par un autre guide et son chauffeur, qui nous amènent directement au Taj Mahal. C’est impressionnant, genre impressionnant à couper le souffle, et en même temps, ça nous semble familier, on en a vu tellement de photos. Tout en marbre blanc, le soleil qui brille dessus, le reflet du dôme dans les fontaines, les bancs d’oiseaux qui passent au-dessus, les touristes qui ne savent plus où donner de la tête comme nous. C’est un des plus beaux sites que nous ayons visité. Le guide est plein d’anecdotes : Saviez-vous qu’il a fallu 20,000 hommes et 1000 éléphants pour construire le bâtiment principal ? Qu’il a en fait été construit à la mémoire de la femme d’un empereur, morte en couches ? Que tout le site est parfaitement symétrique ? Que les 4 tours l’entourant sont penchées de 5 degrés vers l’extérieur, afin qu’elles ne s’effondrent pas sur le Taj en cas de tremblement de terre ?






Et plein d’autres petites anecdotes qui me font regretter d’être une bloggeuse voyage de pacotille et de pas prendre de notes. Anyways, les photos parlent d’elles-mêmes. Je vous épargne la séance photo cheesy que le guide nous a presque impose, sur le banc de Lady Di : Alors Alistair tu t’assieds la ok, Lucile tu poses ta tête sur son épaule ok,.. oui nickel… maintenant, regardez tous les deux vers l’horizon… SUPERBE.


Mais LOL
On repart 3h plus tard, pour le fort d’Agra quelques kilomètres plus loin. Encore plus vieux que le Taj Mahal, ses murailles datent de 1080 et il contient un ex-palais résidentiel et une mosquée.

Il fait plus de 40 degrés et le fort se visite pieds nus, des tapis sont installés dans les cours afin que l’on ne se brule pas les pieds sur le marbre.








On enchaine avec un déjeuner dans un restaurant indien d’Agra, puis on continue avec Fatehpur Sikri, la ville fantôme qui fut la capitale de l’ancien empire Mughal. La ville fortifiée comprenait harems, mosquées, magasins et 3 résidences pour chacune des 3 femmes de l’empereur. Et ils ont fini par l’abandonner parce que en fait elle était en plein désert et qu’ils avaient oublié ce détail : dans le désert, y’a pas d’eau. N’est pas Las Vegas qui veut. Pour rajouter a l’effet fantomatique, la ville est presque vide quand on la visite.










Le guide essaie de nous emmener dans un magasin de souvenirs hors de prix, mais je râle et il finit par céder pour nous amener voir le Baby Taj, un autre bâtiment de marbre qui ressemble un peu au maxi Taj, mais en miniature. La nuit va bientôt tomber, on repart vers le Taj Mahal pour le voir au coucher du soleil, de l’autre cote de la rivière Yamuna, c’est à dire dans les jardins à l’arrière là où était sensée commencer la construction du deuxième Taj Mahal par Sha Jahan, qui aurait servi de mausolée. C’est aussi lui qui a fait construire le premier. Vous suivez ? Le deuxième aurait été tout noir et une réplique parfaite du blanc. Sauf que le fils de Shah a eu vent de ce plan, et il en avait un peu marre de son père qui dilapidait son héritage donc il a préféré le faire enfermer pour éviter ça. Faites des gosses qu’ils disent.





Avant de repartir pour Delhi, on s'arrête dans un petit cafe qui fait des patisseries argentées dont on oubliera le nom, mais à base de pate d'amandes, avec un lassi. Demain, on aborde l’Inde, la vraie, on visite Delhi. Une visite express vu que notre avion est à 22h.






Le lendemain matin, je montre à notre nouveau guide, sur un plan de la ville, ce que je veux visiter, un peu au pif : une mosquée au beau milieu d’un gros marché, un truc qui ressemble à l’Arc de Triomphe, un temple en forme de lotus, un temple bouddhiste, le palais présidentiel et un autre fort rouge. Le guide s’avère en fait être juste un chauffeur, donc la visite s’est faite un peu sans explications, donc je vous laisse tranquille avec les photos.